La Ville de Châteauguay s'en est remise à la Commission des relations du travail, mardi, afin qu'elle intervienne pour ordonner aux policiers de se défaire de leurs uniformes de shérifs.

Mis à jour le 3 févr. 2015
Marie-Michèle Sioui LA PRESSE

Depuis vendredi, les policiers de Châteauguay portent un insigne de shérif, un chapeau et de bottes de cowboy pour marquer leur opposition au projet de loi 3, qui prévoit la révision des régimes de retraite municipaux, notamment.

Après la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), la Ville demande à la Commission des relations du travail de prendre « toutes les mesures nécessaires pour que ses membres portent l'uniforme complet, tel que fourni par l'employeur, sur le territoire de Châteauguay ».

La Ville estime que le « déguisement porté par les membres de la Fraternité [des policiers] - plus particulièrement les bottes - ne permet pas la même efficacité dans l'exécution de leurs fonctions, ce qui est vraisemblablement susceptible de causer préjudice à un service auquel la population a droit ».

La mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon, espère que la Commission des relations du travail accueillera sa demande plus favorablement que la CSST, qui a refusé d'intervenir dans le dossier. « La CSST a raté une belle occasion de jouer son rôle et de démontrer qu'elle veille vraiment à la sécurité des travailleurs », a-t-elle indiqué.