L’emploi du temps des Québécois a évolué au fil des décennies. À quelles activités consacrons-nous plus ou moins de temps ?

Le travail

À partir des années 2000, l’occupation d’un emploi par les jeunes mères avec l’instauration des garderies à coût modique a fait grimper le nombre d’heures moyen consacré collectivement au temps de travail. « Mais le temps de travail s’est stabilisé ces dernières années », note le chercheur Gilles Pronovost, professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Temps de travail par semaine (sans les déplacements)

(population de 15 à 64 ans, sur le marché du travail)

2010 : 39,3 heures
2015 : 39,1 heures

Pour soi

Entre 2010 et 2015, la hausse est notable pour les personnes qui sont sur le marché du travail : on passe trois heures de plus « à prendre soin de soi », dont deux heures de plus à dormir. Une tendance que M. Pronovost s’attend à retrouver dans les données de 2022 (qui seront publiées plus tard cette année). Par contre, l’activité physique ne profite pas de ce temps libéré. Du sommet atteint dans les années 1990 (« Nous étions les champions du temps du sport au Canada », dit M. Pronovost) à aujourd’hui, la pratique du sport s’érode d’année en année.

Heures consacrées aux « soins personnels » par semaine (y compris le sommeil)

(population de 15 à 64 ans, sur le marché du travail)

2010 : 61,6 heures
2015 : 64,5 heures

La lecture

Le temps consacré aux loisirs en général a dégringolé au tournant des années 2000, à mesure qu’augmentait le temps de travail. Les activités culturelles et le bénévolat en ont pâti. En 2015, le temps de lecture peine à occuper une heure de la semaine des travailleurs.

Heures consacrées à la lecture par semaine

(population en général, 15 ans et plus)

1986 : 2,9 heures
1992 : 3,5 heures
1998 : 3,1 heures
2005 : 2,5 heures
2010 : 2,2 heures

Les écrans

« C’est le grand gagnant du temps de loisir », dit Gilles Pronovost. Si l’écoute de la télé (qu’on devine « traditionnelle ») est restée stable chez la population active entre 2010 et 2015, le temps de loisir passé en « utilisant des technologies » a gagné presque deux heures.

Temps d’utilisation hebdomadaire des technologies

(population active, de 15 à 64 ans)

2010 : 1,7 heure
2015 : 3,5 heures

Source : Enquête sur l’emploi du temps, Statistique Canada ; Institut de la statistique du Québec ; Que faisons-nous de notre temps ? Vingt-quatre heures dans la vie des Québécois, de Gilles Pronovost, aux Presses de l’Université du Québec, 2015