En conseil national ce week-end, Québec solidaire s'est mis en mode pré-électoral. Sa porte-parole, Françoise David, affirme que son parti est le seul qui propose une véritable alternative politique, axée sur une économie équitable et écologiste.

LA PRESSE CANADIENNE

A la veille de l'élection partielle dans Jean-Talon, Mme David reconnait qu'avec le ministre Bolduc comme adversaire libéral, son parti ne remportera pas ce comté, lundi. Or, elle maintient que des élections générales viendront bientôt et que Québec solidaire sera prêt à ce moment-là.Observant le conseil général du parti libéral à Lévis, Mme David dit que Jean Charest se pose par opportunisme en ardent défenseur du Québec, mais qu'il fait la promotion de politiques contraires aux intérêts du Québec avec le projet de port méthanier à Lévis, la rénovation de Gentilly 2 et le détournement de grandes rivières pour des fins énergétiques.

Par ailleurs, Françoise David a présenté la position de Québec solidaire sur les méga-projets hospitaliers du CHUM et son pendant anglophone, le CUSM. Elle voudrait que les dirigeants des deux réseaux se parlent afin d'établir une synergie entre eux et la collaboration des spécialités de pointe.

Le tout, soutient-elle, afin de maximiser les ressources et faire en sorte que le projet coûte moins cher à la collectivité dans une période d'incertitude économique. En prévision des coûts qui s'élèveront à près de 5 millards $ pour les deux méga-hôpitaux, Mme David soutient que c'est à l'État québécois de dire aux acteurs importants des deux réseaux d'harmoniser leurs projets.

Québec solidaire n'exclut pas de garder le projet du CHUM à son emplacement actuel, du moment qu'il aura un nombre suffisant de lits et de salles d'opération afin de répondre à l'ensemble des besoins du public et des résidents une fois terminée. Selon Mme David, le manque d'espace sert de prétexte pour mieux refiler au privé de lucratifs contrats de sous-traitance comme l'ophtalmologie, au moment où des cliniques privées s'installent aux abords du site.