Le ministre fédéral des Transports, John Baird, affirme que des progrès ont été réalisés en vue de la libération d'un Canadien qui croupit dans des prisons éthiopiennes depuis trois ans.

Mis à jour le 11 févr. 2010
LA PRESSE CANADIENNE

M. Baird a effectué une visite-éclair à Addis Ababa, la capitale éthiopienne, où il a personnellement demandé au ministre éthiopien des Affaires étrangères de libérer Bashir Makhtal; le Canada croit que ce dernier a été injustement trouvé coupable de terrorisme.

M. Baird dit avoir prévenu l'Ethiopie que le cas de M. Makhtal est maintenant un irritant pour le Canada, qui entretient autrement de bonnes relations avec ce pays de l'Est de l'Afrique.

Le ministre canadien a formellement demandé la déportation vers le Canada de M. Makhtal, en promettant que l'homme de 41 ans ne remettra plus jamais les pieds dans la région.

M. Baird affirme que le ministre éthiopien a alors soumis une contre-proposition qui permettrait à M. Makhtal de purger le reste de sa peine d'emprisonnement à vie au Canada.

M. Baird a qualifié cette idée de «problématique», puisque aucun protocole de transfert de prisonniers n'existe entre les deux pays et que, de toute manière, le Canada estime que M. Makhtal est innocent.

La famille de M. Makhtal croit qu'il a été ciblé parce que son grand-père a fondé un groupe séparatiste que l'Ethiopie qualifie de terroriste.

M. Makhtal est citoyen canadien depuis 1994. Il était en voyage d'affaires en Somalie en décembre 2006, quand l'armée éthiopienne a envahi ce pays. Il a été arrêté au moment où il tentait de traverser la frontière avec le Kenya.