Le ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon passe le week-end au Proche-Orient, mais ses critiques au Canada estiment qu'Ottawa ne s'acquitte pas bien de ses responsabilités dans cette région.

Mis à jour le 28 févr. 2009
LA PRESSE CANADIENNE

Selon le député libéral Bob Rae, le Canada a été complètement marginalisé au Proche-Orient , et il n'y est plus une présence politique importante depuis un certain temps déjà.

Pourtant, le Canada continue à présider le comité sur la question des réfugiés palestiniens. D'ailleurs, le ministre Cannon participera, lors de son voyage, à une conférence sur la reconstruction de Gaza, conférence qui se tient en Egypte.

Cette visite sert de publicité et camoufle la réalité, d'après M. Rae. Le député libéral de la circonscription Toronto-Centre croit plutôt que le Canada est absent des discussions majeures sur le Proche-Orient. Selon M. Rae, cette situation est le reflet d'une diplomatie canadienne de plus en plus faible sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Bob Rae dénonce le fait que les budgets du ministère des Affaires étrangères diminuent et que cela n'affecte pas seulement la présence diplomatique canadienne au Proche-Orient. En Afghanistan, lieu où le gouvernement Harper concentre la grande majorité de ses énergies en politique internationale, Ottawa augmente ses dépenses militaires mais ses dépenses en diplomatie et en développement ne suivent pas au même rythme, constate Bob Rae avec déception.