Le premier ministre de l'Ontario soutient que le gouvernement fédéral désapprouve le projet d'un train haute vitesse reliant les villes de Québec et de Windsor.

Mis à jour le 24 févr. 2009
LA PRESSE CANADIENNE

Lundi, les gouvernements fédéral, du Québec et de l'Ontario ont annoncé par voie de communiqué l'attribution d'un contrat au consortium EcoTrain pour «actualiser» les études de faisabilité d'un train haute vitesse dans le corridor Québec-Windsor.

Mais Dalton McGuinty a affirmé mardi que si le premier ministre Jean Charest et lui appuient le projet, Stephen Harper, lui, n'y adhère pas vraiment. Et sans l'aide du gouvernement fédéral, ce projet pourrait ne jamais être lancé, selon le premier ministre de l'Ontario.

M. McGuinty a dit appuyer l'idée de ce réseau ferroviaire parce qu'il contribuerait à réduire la congestion routière et les émissions de gaz à effet de serre, tout en créant des emplois.

Les coûts du contrat accordé à EcoTrain, évalués à 3 millions $, seront partagés à parts égales entre les trois gouvernements.