Les dirigeants syndicaux à la tête du Front commun intersyndical ont invité le gouvernement à donner un sérieux coup de barre aux négociations avec les employés des secteurs public et parapublic, s'il souhaite en arriver à une entente d'ici le 31 mars.

Mis à jour le 22 févr. 2010
LA PRESSE CANADIENNE

Et pour s'assurer que leur message se fasse entendre clairement, des milliers de fonctionnaires ont manifesté devant l'Assemblée nationale, lundi.

En conférence de presse avant le rassemblement, les dirigeants du Front commun ont demandé l'intensification des négociations et l'obtention de signaux tangibles de la part du gouvernement pour permettre l'avancement des travaux.

Ils ont rappelé lundi qu'il ne reste que 38 jours avant l'échéance du décret. Selon eux, il ne sera pas possible d'atteindre l'objectif de conclure la négociation à l'échéance des conventions collectives le 31 mars à moins qu'un sérieux coup de barre ne soit donné par le gouvernement.  Ils ont aussi dénoncé l'attitude du gouvernement, qui exige selon eux des concessions inacceptables aux tables sectorielles, où les conditions non salariales sont discutées.

Le président de la FTQ, Michel Arsenault, a illustré la situation en affirmant que l'employeur exige notamment des concessions supplémentaires sur des gains obtenus en imposant les dernières conditions de travail par loi spéciale.