La querelle diplomatique entre le Mexique et le Canada au sujet des visas d'entrée pour leurs ressortissants continue à faire des victimes des deux côtés des frontières.

Mis à jour le 19 févr. 2010
Hugo de Grandpré et Marie-Claude Lortie LA PRESSE

La Presse a appris qu'un politicien fédéral du NPD, Bruce Hyer, s'est fait refuser l'entrée au Mexique et qu'un chef cuisinier mexicain réputé n'a pas pu venir au Canada, faute d'avoir obtenu le précieux document.

 

Enrique Olvera, du restaurant Pujol à Mexico, devait cuisiner hier soir au restaurant Raza dans le cadre du festival Montréal en lumière. Mais l'ambassade du Canada à Mexico a refusé de lui accorder un visa, ainsi qu'à son second.

Ottawa pas convaincu

Selon le document qui a été envoyé à M. Olvera, il n'avait pas convaincu Ottawa qu'il n'entendait pas rester au pays après la fin de sa visite. De plus, on lui a demandé un permis de travail pour son séjour au Canada - une première, selon les organisateurs du festival. Ce serait aussi la première fois qu'un chef se fait refuser l'entrée au pays.

M. Olvera a été nommé l'an dernier l'un des 10 chefs les plus prometteurs du monde, une des futures «supervedettes» de la gastronomie internationale, par la prestigieuse américaine revue Food and Wine. D'où la popularité de la soirée, qui devait avoir lieu quand même mais sans lui, avec sa collaboration par courriel...

«Pour tout dire, je suis déçu et triste, mais surtout vraiment fâché», a lancé Mario Navarrete, chef propriétaire de Raza, avenue Laurier. Toutes les places avaient été réservées et les billets d'avion, achetés.

Député refusé au Mexique

La politique du Canada de demander des visas aux Mexicains pour entrer au pays date de juillet dernier. Pour protester, le Mexique n'a pas tardé à annoncer qu'il refuserait lui aussi l'entrée à des ressortissants canadiens sans visa - mais seulement aux détenteurs de passeports diplomatiques, comme des députés ou des diplomates.

Jusqu'à maintenant, cinq Canadiens auraient ainsi été refoulés aux frontières mexicaines, selon les médias du pays. Le dernier en date est le député néo-démocrate de Thunder Bay, Bruce Hyer, dimanche dernier.

M. Hyer se rendait au Mexique avec sa femme pour des vacances et des rencontres de travail, a expliqué son bureau. Mais comme il avait un passeport diplomatique, de couleur verte plutôt que de couleur bleue comme les passeports réguliers, et ne détenait pas de visa, il a dû revoir ses plans. «Il est maintenant aux États-Unis pour des rencontres», a expliqué l'un de ses adjoints, Andy Blair.

Au ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration et au ministère des Affaires étrangères, on a refusé de commenter des cas précis, pour des raisons de protection de renseignements personnels.