Des statistiques rendues publiques par le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration montrent que le temps d'attente des personnes souhaitant immigrer au Canada a diminué de 12 pour cent depuis 2007.

LA PRESSE CANADIENNE

Les données de 2008 du ministère révèlent que 80 pour cent des dossiers soumis sont traités en l'espace de 33 mois, ce qui représente une amélioration de quatre mois depuis 2007. Mais les délais demeurent toujours plus longs qu'en 2004. Et certaines catégories d'immigrants, comme les gens d'affaires de différents pays, doivent parfois attendre jusqu'à sept ans avoir de savoir s'ils sont admissibles en sol canadien.

Selon le gouvernement, le rythme très lent avec lequel les dossiers sont traités ferait en sorte que des immigrants éduqués et mobiles choisiraient de se tourner vers d'autres pays.

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney, a affirmé mercredi que l'amélioration des temps d'attente était attribuable à l'embauche de personnel mais également aux réformes législatives et aux changements administratifs.

Il a ajouté que le Canada s'approchait des temps d'attente d'autres pays comme l'Australie ou la Nouvelle-Zélande.

Mais des critiques du gouvernement estiment quant à eux que les modestes progrès en la matière ne feraient pas du Canada un pays plus attirant.

Au début des année 1990, il y avait près de 40 000 dossiers en attente d'être traités, comparativement à  900 000 en 2008.