La devise «Je me souviens» conviendrait mieux au Canada qu'au Québec. Une enquête pancanadienne bouscule les idées reçues sur les Québécois et révèle qu'ils sont sensiblement moins friands d'histoire que les Canadiens des autres provinces en général.

Violaine Ballivy LA PRESSE

Ce constat étonnant ressort d'un vaste sondage mené entre mars 2007 et avril 2008 auprès de 3119 personnes à l'initiative des historiens Jocelyn Létourneau, de l'Université Laval, et David Northrup, de l'Université York. Ces chercheurs ont mesuré l'intérêt des Canadiens pour une série d'activités liées à l'histoire, comme le fait de regarder des photographies anciennes, de visiter un musée, d'établir son arbre généalogique ou de faire une recherche à caractère historique sur l'internet.

 

Une forte majorité des personnes qui ont participé à ces entrevues téléphoniques d'une vingtaine de minutes ont démontré un intérêt important pour le passé, peu importe leur lieu de résidence. Mais dans tous les cas, les Québécois se sont retrouvés en queue de peloton par rapport aux autres Canadiens. Ils sont moins intéressés non seulement par l'histoire en général, mais aussi par celle de leur famille, par l'histoire du Canada et celle de leurs traditions religieuses et spirituelles.

Ces résultats surprennent Jocelyn Létourneau. «A priori, si on m'avait demandé avant le début de la recherche qui ferait preuve du plus grand intérêt à l'égard du passé, j'aurais répondu les Amérindiens, les Acadiens et les Québécois.» Pourquoi? Parce qu'on affirme communément que la référence au passé est centrale dans l'identité collective des Québécois et que c'est justement leur rapport privilégié à l'histoire qui contribue à les différencier des autres Canadiens, explique-t-il.

Des hypothèses

Le décalage entre les Québécois et les autres Canadiens repose presque entièrement sur les épaules des francophones, dont l'indifférence à l'égard du passé n'a pas d'égal au pays par sa constance. Elle est particulièrement prononcée pour le passé de la famille et celui de la religion.

Jocelyn Létourneau croit que la situation économique des répondants - scolarité et revenu moyen plus faibles - explique une partie des différences relevées. Mais ceci n'explique pas complètement cela, et cette enquête pourrait lever le voile sur une dimension méconnue de l'identité québécoise, juge le chercheur. «Les données laissent penser les Québécois seraient en réalité détachés du passé, voire indépendants sinon infidèles par rapport à l'histoire dont ils se réclameraient à cor et à cri mais qu'ils négligeraient de pratiquer dans le concret.»

Ce constat revêt un caractère particulier au lendemain de la polémique qu'a soulevé la reconstitution de la bataille des plaines d'Abraham. «Les critiques étaient-elles représentatives de la majorité? demande M. Létourneau. Si l'événement avait eu lieu, les Plaines auraient été inondées de personnes qui auraient décodé le spectacle de manière différente, et cela aurait sûrement heurté les penseurs de l'histoire québécoise.»

«Les Québécois ne pensent pas à tout moment qu'ils sont victimes de la conquête des Anglais. Ils se projettent dans l'avenir et non pas dans le passé», ajoute M. Létourneau.

Un Canada fragmenté

Cette enquête souligne aussi l'hétérogénéité du Canada. Si les Québécois se distinguent à bien des égards par rapport aux autres Canadiens, la donne change souvent lorsque des parallèles sont tracés avec les résidants d'autres provinces. À certains égards, le Québec n'a pas de caractère plus particulier, par rapport au reste du Canada, que d'autres provinces. Par exemple, si 47% des Québécois considèrent comme très important le passé de leur province, la proportion grimpe à 75% chez les Terre-Neuviens, alors que la moyenne canadienne (sans le Québec) est de 32%.