LE CARTEL DE L'ESSENCE 

Mis à jour le 17 févr. 2009
LA PRESSE

LE CARTEL DE L'ESSENCE 

Le 12 juin 2008, le Bureau de la concurrence du Canada révèle que la vaste majorité des détaillants d'essence de Sherbrooke, Victoriaville, Magog et Thetford Mines auraient comploté pour fixer les prix de l'essence. Des accusations criminelles de participation à un complot pour fixation des prix sont déposées contre 13 individus et 11 détaillants. Dès le lendemain quatre requêtes en recours collectif sont déposées.

LA CHASSE AU BISPHÉNOL A

En février 2008, une étude démontre que le bisphénol A, une substance présente dans plus de 90% des biberons en plastique vendus au Canada, se disperse dans le liquide lorsqu'on chauffe la bouteille. Santé Canada, en avril, conclut que les risques d'impacts sur la santé des enfants de moins de 18 mois sont élevés. Quelques jours plus tard, trois requêtes en recours collectifs sont déposées au Québec contre les fabricants Gerber, Playtex et Philips Avent. En octobre dernier, le Canada a été le premier pays au monde à classer le bisphénol A comme substance dangereuse.

 

USAGERS ULCÉRÉS

Du 22 au 26 mai 2007, les activités de la Société de transport de Montréal sont perturbées par une grève de ses employés d'entretien. Sous la menace d'une loi d'exception, ils retournent au travail, mais continuent d'exercer des moyens de pression entraînant un « ralentissement concerté de la cadence de travail «, selon une requête. Des usagères, Sandrine Montpetit et Lucie Ladouceur, déposent deux demandes en recours collectif contre la STM en janvier et en septembre 2008 demandant le remboursement partiel des titres de transport et des dommages punitifs.

CONSOMMATEURS ET ACTIONNAIRES AUX AGUETS

Bombes de mousse à raser mal remplies, fournaises qui ne chauffent pas, frais interurbains et textos trop élevés, voitures défectueuses : comme chaque année, les recours collectifs déposés par des consommateurs qui se sentent lésés ont été légion en 2008. On en répertorie une vingtaine l'an dernier, soit plus du tiers des demandes totales. L'autre grand groupe, et il s'agit d'une nouveauté, ce sont les actionnaires qui estiment avoir été floués par les entreprises : six recours de ce type ont été déposés l'an dernier.