Un revendeur de drogue sans grande envergure, Tonino Guerera pensait avoir trouvé un moyen de se renflouer à la suite de son arrestation dans l'opération Colisée, en 2006. Le truc consistait à braquer des banques. Le problème, c'est que les deux établissements qu'il voulait dévaliser, à Saint-Léonard, venaient tout juste de fermer quand il s'est présenté avec un complice, le 8 mai dernier!

André Cédilot LA PRESSE

Cette histoire loufoque est ressortie en Cour du Québec, aujourd'hui, au moment de la condamnation de Guerera à 42 mois de pénitencier pour sa participation à un complot d'importation de cocaïne, ainsi que la possession de 1,7 kilo de haschsich et 947 grammes de marijuana. En soustrayant la période de détention préventive de 9 mois - elle compte pour le double - il lui reste deux ans de prison à purger.

La preuve a démontré que Guerera, 41 ans, travaillait pour le caïd Ray Kahno, actif dans le narcotrafic à grande échelle en compagnie de la mafia montréalaise. C'est à la suite d'une saisie de 218 kilos de cocaïne à l'aéroport Montréal-Trudeau, en janvier 2005, que Khano s'est tourné vers Guerera pour l'aider à réaliser une importation en provenance de la Jamaïque. La drogue devait être acheminée dans des valises. Malgré des fouilles à l'aéroport Montréal-Trudeau, la police n'a pas trouvé la cocaïne.

Âgé de 41 ans, Guerera était en liberté contre une caution de 10 000$ dans ce dossier de trafic de drogue quand il a été appréhendé pour les deux tentatives de hold-up survenues le printemps dernier, à moins de 90 minutes d'intervalle, dans des succursales de la Banque Scotia, à Saint-Léonard. Dans les deux cas, manifestement mal informés sur les heures d'ouverture et de fermeture, Guerera et son comparse se sont cognés le nez sur des portes closes. De l'intérieur, des employés ayant aperçu les deux malfaiteurs ont immédiatement donné l'alerte à la police. L'un d'eux attendait au volant d'une Pontiac Sunfire gris, tandis que l'autre était cagoulé et tenait à la main un fusil à canon coupé.

Grâce aux signalements donnés, les suspects se sont retrouvés menottes aux poignets une dizaine de minute après le dernier coup de force raté, rue Jean-Talon. Ils ont été appréhendés vers 17h10 par un policier qui donnait une contravention à un automobiliste. Vue la récidive, Guerero a été gardé en détention, à la suite de sa comparution devant le tribunal. Il en a été de même de son présumé complice, Mark Gamble, 37 ans, originaire de Causapscal, en Gaspésie. La prochaine audience est prévue pour le 19 mars.