L'avocat de Saïd Namouh, René Duval, interjettera appel du jugement qui a condamné mercredi son client à la prison à perpétuité sans possibilité de libération avant 10 ans. À son avis, la peine choisie par le juge Claude Leblond de la Cour du Québec est «déraisonnable».

Mis à jour le 18 févr. 2010
Catherine Handfield LA PRESSE

Saïd Namouh a écopé d'une peine aussi sévère que celle qu'a eue Zakaria Amara, cerveau de la cellule terroriste qui planifiait des attentats au centre-ville de Toronto, fait valoir Me Duval.«Ce complot était sur le point d'aboutir, alors que dans notre cas, le complot est extrêmement flou, a dit René Duval. Le degré de préparation n'est pas comparable à ce qui s'est passé en Ontario.»

Déclaré coupable à l'automne

Au terme de son procès, l'automne dernier, Namouh, 37 ans, a été déclaré coupable de complot en vue de commettre un attentat, de participation aux activités d'un groupe terroriste et de facilitation de ces activités.

Les faits se sont produits entre les mois de novembre 2006 et septembre 2007 dans les régions de Maskinongé et de Trois-Rivières, où a habité Namouh.