Après trois jours de délibérations, le jury a déclaré, dimanche dernier, Daniel Elwood Martel, 39 ans, coupable du meurtre prémédité de Patrick Merlin. L'homme de 25 ans, et sa conjointe, Audrey-Ève Charron, 23 ans, ont été abattus alors qu'ils se trouvaient en voiture, dans une ruelle de Verdun, la nuit du 15 mars 2005.

Christiane Desjardins LA PRESSE

Audrey-Ève Charron a été tuée simplement parce qu'elle se trouvait là, la cible du crime étant Merlin. Le mobile consistait à effacer une dette de drogue d'environ 80 000$ que Martel devait à Merlin. Dans cette sordide affaire, Martel a agi comme planificateur, mais ne s'est pas sali les mains. Il a laissé la sale besogne à Johanes Winton, qui ne connaissait pas la victime, mais qui avait déjà été condamné pour un meurtre et une tentative de meurtre très crapuleux dans les années 80.

 

Au départ, les deux hommes étaient coaccusés, mais ils ont obtenu d'être jugés séparément. Selon la preuve, Martel a arrangé le rendez-vous avec Merlin, qui lui avait livré plusieurs kilos de marijuana. Croyant se faire payer, Merlin s'est présenté avec Mme Charron au rendez-vous, en début de nuit, le 15 mars 2005. C'est Winton, qu'il n'avait jamais vu de sa vie, qui est monté dans la voiture avec une boîte contenant supposément la somme. La présence inattendue de Mme Charron n'a pas arrêté Winton. Il a abattu Merlin, puis l'a tuée elle aussi. Précisons que Martel n'a pas été accusé du meurtre de Mme Charron, car il ignorait qu'elle serait là.

La plupart des témoins entendus au procès de Winton sont revenus pour celui de Martel. Parmi eux, il y avait l'une des ex-conjointes de Winton, Joly-Ann Jolin, qui avait entendu et vu beaucoup de choses incriminantes pour les accusés. Manifestement, son témoignage a passé la rampe auprès du jury.