Dans un délire paranoïde, Riche Cortel Casimir, 21 ans, a poignardé à mort Franky Dure, un père de famille de 34 ans, le 25 octobre dernier à Rivière-des-Prairies. Hier, Casimir avait le regard fixe et vide quand il a été acquitté de ce crime pour cause de maladie mentale.

Christiane Desjardins LA PRESSE

Casimir souffre manifestement de schizophrénie paranoïde, ont conclu les experts de l'Institut Philippe-Pinel, où il est détenu depuis son arrestation. En plein délire, il ne pouvait distinguer le bien du mal au moment des faits. Vu son jeune âge, aucun diagnostic n'avait encore été posé à ce moment, mais sa famille s'était rendu compte que quelque chose clochait et l'avait envoyé consulter un médecin généraliste quelques mois avant le drame. Quoi qu'il en soit, hier, les avocats des deux parties, Me Sonia Lebel pour la Couronne et Me Julien Archambault pour la défense, s'entendaient pour dire qu'il ne pouvait y avoir de procès. La juge France Charbonneau a donné son aval et acquitté M. Casimir. Il restera incarcéré en institution psychiatrique jusqu'à ce qu'on juge qu'il ne représente plus un danger pour la société. La victime dans cette affaire a été tuée sans la moindre raison, parce que M. Casimir entendait des voix et se croyait menacé.

 

Le soir du 25 octobre 2008, Franky Dure était allé rendre visite à un ami, frère de l'accusé, au 12325, rue André-Michaux, à Rivière-des-Prairies. C'est en sortant de cette maison, vers 22h, alors qu'il se trouvait sur le trottoir, que M. Dure a été poignardé à plusieurs reprises par M. Casimir. Ce dernier a ensuite poursuivi son chemin. Un peu plus tard, alors que les policiers étaient sur les lieux, M. Casimir est revenu et a traversé les cordons policiers. Il a été arrêté à ce moment. Le jeune homme a fait valoir que des voix lui avaient ordonné de se débarrasser de son manteau. Ce dernier a été retrouvé peu après, et il avait des taches de sang.