Les confessions de Gérald Gallant, un homme apparemment sans histoire, ont permis aux autorités d'élucider 28 assassinats et 13 tentatives de meurtres. Il a avoué avoir participé à toutes ces attaques. La population de Donnacona, frissonne d'avoir côtoyé ce tueur solitaire pendant 20 ans.

Catherine Handfield LA PRESSE

Robert «Bob» Savard. Bruno «Cowboy» Vanlerberghe. Hélène Brunet. Ces gens ont tous un point en commun: ils sont des victimes de la sanglante guerre des motards. Depuis hier, on sait qu'un deuxième lien les unit: ils auraient tous été ciblés par le même tueur à gages, Gérald Gallant. 

Les confidences de Gérald Gallant ont permis à la Sûreté du Québec (SQ) de résoudre 28 assassinats et 13 tentatives de meurtre. Hier, 10 suspects ont été arrêtés, et une 11e personne, l'ex-amie du tueur à gages, fait l'objet d'un mandat d'arrêt. Ils sont soupçonnés d'avoir commandité ou commis eux-mêmes les assassinats.

Le coup de filet a été réalisé dans le cadre du projet Baladeur, mené par la SQ, les corps policiers municipaux de Montréal et de Québec ainsi que la Gendarmerie royale du Canada. Les arrestations ont eu lieu à Donnacona, Saint-Jérôme, Warwick et Trois-Rivières, tandis que des perquisitions ont été menées à Québec.

Gallant, qui est âgé d'une soixantaine d'années, est impliqué de près ou de loin dans tous les crimes, commis entre 1978 et 2003 dans la foulée de la sanglante guerre des motards criminels. Selon la police, trois des personnes abattues étaient d'innocentes victimes, et deux ont été tuées par erreur.

Gérald Gallant avait accepté de se mettre à table après son arrestation en Suisse, en mai 2006, pour une banale histoire de fraude.

En plus de ces dénonciations, les enquêteurs ont utilisé diverses méthodes d'enquête, dont la filature et l'écoute électronique, a indiqué hier le lieutenant François Doré, de la SQ, lors d'une conférence de presse hier à Québec.

Connu comme un allié des Rock Machine, Gallant ciblait particulièrement les Hells Angels, et la plupart des attentats ont été commis dans la région de Québec et de Portneuf. D'autres meurtres ont été commis pour le compte du clan Desfossés, un gang montréalais.

Au nombre des personnes arrêtées figure d'ailleurs le caïd Raymond Desfossés, narcotrafiquant de Trois-Rivières qui purge actuellement une peine de 13 ans de prison. Desfossés a en outre été accusé hier du meurtre de Robert «Bob» Savard, proche collaborateur de Maurice Boucher. Savard a été assassiné en juillet 2000 dans un restaurant de Montréal-Nord.

Le meurtre de Paul Cotroni, fils du mafioso Frank Cotroni, aurait également été résolu grâce à Gérald Gallant. Le 24 août 1998, l'homme de 42 ans avait été atteint d'au moins trois projectiles d'arme à feu devant sa résidence de Repentigny.

Arrêté en Suisse

Gérald Gallant avait été arrêté en mai 2006 dans un hôtel de Genève à la suite d'une plainte portée par American Express. Les autorités suisses ont alors réalisé que le Canada avait lancé un mandat d'arrêt contre leur suspect.

Gallant était recherché depuis 2005 pour un meurtre commis à Sainte-Adèle quatre ans plus tôt. «Les policiers avaient réussi à relier son ADN à une empreinte génétique récoltée sur la scène du crime», a expliqué le lieutenant François Doré.

Après son arrestation, Gallant a décidé de se mettre à table et aurait avoué 26 de ses meurtres. Il a été condamné l'an dernier à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans pour le meurtre de Sainte-Adèle.

À la lumière de ses dénonciations, Gallant pourrait voir sa peine s'alourdir. «À ce moment-ci, il n'est pas permis d'aller plus loin, mais d'autres procédures restent à venir», a indiqué le lieutenant Doré.