Les candidats jurés ont dû répondre à une question très personnelle sur leur état de santé à l'ouverture du procès de Francis Proulx, hier, au palais de justice de Québec.

Caroline Touzin LA PRESSE

Les candidats souffrant d'une «maladie nécessitant la prise d'un médicament nommé Effexor» ont été écartés d'emblée. De même que ceux qui avaient un membre de leur entourage immédiat travaillant pour le ministre Claude Béchard.

 

Ni la Couronne ni la défense n'ont expliqué pour l'instant devant les jurés les raisons pour lesquelles leurs représentants ont posé ces questions. Ainsi, les médias n'ont pas le droit de les dévoiler. La sélection du jury s'est achevée en fin de journée hier.

Francis Proulx, 29 ans, est accusé du meurtre prémédité de Nancy Michaud, survenu dans la nuit du 15 au 16 mai derniers à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent.

L'accusé a assisté à la sélection du jury. Assis dans le box des accusés, le jeune homme frêle clignait fréquemment des yeux, comme s'il était pris de tics nerveux. Ses mains tremblaient. Il a souri à quelques reprises au moment où des candidats jurés donnaient des réponses cocasses pour se récuser. Il était vêtu de vêtements noirs amples. Chaque fois qu'il avait à se lever, on pouvait entendre le bruit de ses entraves.

Le juge Jacques Lévesque de la Cour supérieure a rappelé aux candidats la «condition essentielle» pour devenir juré, soit l'impartialité. «Les événements ont été largement médiatisés. Le fait d'en avoir entendu parler ne vous empêche pas de devenir juré, mais vous devez mettre ce que vous avez entendu de côté et ne vous fier qu'à la preuve qui sera présentée devant vous», a souligné le magistrat.

Le jury est composé de neuf femmes et trois hommes âgés de 27 à 62 ans. Il y a deux enseignantes au secondaire, un postier, un camionneur, une infirmière et une travailleuse sociale dans le lot. Cette sélection n'a pas été facile si l'on en croit le nombre de candidats qui ont défilé devant les avocats (84) avant que la sélection ne soit complète. De plus, l'avocat de Francis Proulx, Me Jean Desjardins, a éliminé le maximum de candidats auquel il avait droit, soit 20 (récusations péremptoires dans le jargon juridique).

Plusieurs candidats ont aussi demandé d'être exemptés parce que les faits rapportés dans les médias les jours suivant le drame les ont «bouleversés». Plusieurs mères de famille avaient l'air visiblement mal à l'aise d'être en présence de l'accusé dans la salle d'audience.

Le juge Lévesque a lu l'imposante liste des témoins qui se présenteront à la barre durant le procès. La procureure de la Couronne, Me Annie Landreville, compte faire entendre une quarantaine de témoins, dont 17 policiers et plusieurs résidants du village de Rivière-Ouelle. Le mari de Nancy Michaud, Daniel Casgrain, ainsi qu'une tante de Francis Proulx, Sylvie Proulx, sont du nombre.

Cette cause fortement médiatisée a été transférée de Rivière-du-Loup à Québec, notamment pour faciliter la sélection d'un jury impartial. La Couronne fera son exposé d'ouverture demain, puis les premiers témoins, des policiers techniciens en scène de crime, seront appelés à la barre. Le procès devrait durer de six à huit semaines.