L'opération Axe a permis, pour la troisième fois depuis 2001, d'éliminer les réseaux de trafiquants sous l'influence des Hells Angels qui alimentent les petits revendeurs de drogue du centre-ville de Montréal. «On espère leur avoir fait assez mal pour qu'ils ne se remettent pas sur pied aussi facilement que dans le passé», indiquent les spécialistes de l'antigang de la police de Montréal, sans trop se faire d'illusions.

LA PRESSE

La cinquantaine de personnes appréhendées la semaine dernière font partie de trois grandes organisations: les Syndicate, club fantoche des Hells Angels dont les membres sont issus des gangs de rue; la bande des frères Emmanuel et Jean Ismaël Zéphir, des vétérans d'allégeance bleue; et finalement, les quatre frères Lavertue, dirigés par Jean et Patrick, en contrôle dans le sud-ouest de Montréal.

 

Selon les membres haut placés de la police de Montréal, il s'agit de la plus importante razzia jamais menée contre les gangs de rue. En deux ans, les policiers ont enregistré des milliers de conversations téléphoniques dont le mot à mot fait plus de 50 000 pages. De fil en aiguille, tout en appréhendant les têtes dirigeantes, ils ont percé le fonctionnement des trois filières de drogues qui s'approvisionnaient auprès des Hells Angels.

En 2006, des enquêtes en cascade menées par les spécialistes antimotards avaient permis une première fois d'étêter la «clique» des Syndicate, mais leur chef, Dany Cadet-Sprince, a continué de diriger ses troupes à partir de la prison. Incarcéré depuis l'an 2000, le grand patron du groupe, Gregory Wooley, continuait lui aussi de toucher une commission sur les revenus provenant d'activités illicites. Pour la deuxième fois, ils répondent tous deux à des accusations de gangstérisme.

Les Syndicate sont devenus les pivots du trafic de drogue dans le centre-ville de Montréal après avoir remplacé le puissant gang des Rockers de Montréal, sous la coupe des Hells Angels Nomads. Ces deux clubs ont été rayés de la carte à la suite de l'opération Printemps 2001. Maurice Boucher et les Nomads ont quant à eux été remplacés par des membres des Hells Angels de Trois-Rivières. L'un d'eux, Mario Brouillette, a été emporté dans la rafle menée en 2006. Il est lui aussi derrière les barreaux.