Deux piétons ont perdu la vie après avoir été happés par un camion de déneigement ce matin, à l'angle des rues Champlain et Sherbrooke.

Hugo Meunier LA PRESSE

Les circonstances du drame demeurent inconnues, mais les enquêteurs du Service de police de la ville de Montréal, spécialisés dans les accidents de la circulation, ont bouclé le périmètre pour reconstituer l'accident.

Celui-ci s'est produit vers 9h40 sous les yeux de quelques témoins.

Le conducteur du camion impliqué, appartenant à une compagnie privée de déneigement, était en proie à un violent choc nerveux.

Le corps de la victime, un homme, était allongé sans vie sous les roues du camion de la compagnie Transport DM Choquette. Les pompiers dissimulaient aux nombreux curieux cette terrible scène derrière une couverture grise.

Trois ambulances ont été dépêchées sur les lieux. Les deux victimes, âgées de plus de 60 ans, étaient tombées sous les roues avant du camion, qui s'engageait alors sur la rue Champlain. La mort de l'homme ne faisait aucun doute, indique Urgence-Santé. «La dame a quant à elle été transportée juste en face à l'hôpital Notre-Dame. Elle était en arrêt cardio-respiratoire», explique Bart Panarello, chef aux opérations.

Le décès de la femme a été constaté à son arrivée au centre hospitalier. «On a aussi transporté deux personnes pour des chocs nerveux, en plus d'en traiter deux autres sur place», ajoute M. Panarello.

Au moment de l'impact, quelques cols bleus s'affairaient à colmater un bris aqueduc de l'autre côté de la rue. Ils se sont aussitôt rués sur les lieux du drame. «Nous avons sorti le chauffeur de son véhicule. Il ne disait rien, il était en état de choc. Nous l'avons assis dans un de nos véhicules», raconte Jeanne Cyrume, une journalière.

Sur le siège avant du camion de la ville, le conducteur était inconsolable, réconforté par des collègues. Un peu plus loin, à l'entrée du parc Lafontaine, deux autres collègues du déneigeur, témoins de la scène, n'ont pas voulu commenter l'incident. «Ils sont aussi en état de choc», explique un autre confrère.

Cet autre déneigeur de la compagnie n'était pas sur place quand l'accident s'est produit, mais souligne que la visibilité est parfois difficile au volant de tels camions.

Il y a aussi des gens qui traversent n'importe comment, souligne le jeune homme, sans toutefois blâmer les deux piétons impliqués.

L'accident a entraîné la fermeture de la rue Sherbrooke dans les deux directions, entre Papineau et Plessis.

Au moment d'envoyer ces lignes, ce secteur est paralysé et les voitures d'urgence sont encore sur place.