Pour connaître la qualité de l'enseignement donné par sept églises-écoles évangéliques du Québec, le ministère de l'Éducation a fait évaluer leurs élèves en mai dernier. Il refusait depuis de dévoiler leurs résultats. Grâce à la Loi sur l'accès à l'information, La Presse a appris que ces enfants évangéliques ont de grandes lacunes en anglais (langue maternelle), mais que leur niveau est correct en français et en mathématiques. Les autres matières - dont les sciences - n'ont pas été évaluées.

Mis à jour le 17 févr. 2009
Marie Allard LA PRESSE

Il faut noter que les tests ne se sont pas déroulés en lieu neutre, mais dans les églises-écoles, où les professeurs ont aidé les élèves à répondre. Cela a pu influencer leurs résultats à la hausse.

 

«Les enseignants ont fourni de l'aide (parfois spécifiée et quantifiée, parfois non)», écrivent les correcteurs des épreuves dans un compte rendu remis au Ministère. Du «temps supplémentaire» pour compléter les examens et des «explications de l'enseignant au besoin» ont été rapportés. «On ne peut conclure sur l'impact de cette aide sur les résultats des élèves», précisent les correcteurs.

Après avoir donné des cours illégalement pendant des années, ces églises-écoles évangéliques ont obtenu un permis pour le primaire en 2007, à condition de délaisser graduellement leur programme scolaire texan basé sur la Bible. Et à condition de faire évaluer leurs élèves chaque année.

Moyenne de 31% en lecture chez les anglophones

L'épreuve d'anglais (langue d'enseignement) a été difficile pour les 33 enfants de fin de primaire qui l'ont passée. Leur moyenne est nettement insuffisante en lecture stratégique (31%), en analyse de texte (48%), en réponse écrite (57%) et à peine passable en jugement raisonné (60%) et en production média (63%). «Une attention particulière devra être portée aux tâches de lecture compte tenu de la faiblesse des résultats pour une majorité d'élèves», écrivent les correcteurs.

Huit enfants ont fait l'épreuve de français (langue d'enseignement). Leur compétence à lire et à écrire «correspond au niveau attendu au 3e cycle» selon les correcteurs, avec des moyennes de 74% et 71%. Leur capacité à «réagir aux textes» et à «organiser leurs idées» par écrit est cependant «à travailler». Ils ont obtenu une maigre moyenne de 54% pour cette dernière compétence.

En mathématiques, 73,6% des élèves ont obtenu une cote acceptable ou supérieure dans les «situations d'application» et 81,5% dans les «situations problèmes». Ces notes sont comparables à celles obtenues par les élèves de la commission scolaire Riverside (anglophone), indique la correctrice.

Les honoraires des correcteurs externes - 2950$ selon un courriel obtenu par La Presse - ont été payés par l'Association des églises-écoles évangéliques du Québec (AEEEQ).

Nouvelle évaluation externe cette année

Mécontent des articles publiés en décembre sur les écoles évangéliques, Claude Vachon, porte-parole de l'AEEEQ, n'a pas voulu donner plus de détails. «Je ne commenterai pas, a-t-il dit. Ça ne nous donne rien de donner suite, on essaie d'être positifs et vous le rendez négatif, alors ça ne m'intéresse pas.»

Au Ministère, on assure que l'aide des enseignants n'a pas eu d'impact significatif sur les résultats des enfants. Il reste que les règles seront resserrées dans les prochaines évaluations, qui auront lieu ce printemps. «Un évaluateur externe a été embauché par les écoles pour faire la passation des épreuves au primaire», a indiqué Stéphanie Tremblay, porte-parole du Ministère.

Cette année, les élèves feront les tests de sciences, de technologie et d'univers social, en plus de ceux de langue et de mathématiques. Les élèves du secondaire seront aussi évalués, «par la commission scolaire de leur territoire», a précisé la porte-parole.

Les églises-écoles ont déposé une demande de renouvellement pour leurs permis du primaire et du secondaire, qui viennent à échéance à la fin de juin. «Leur dossier est présentement à l'étude», a dit Mme Tremblay.

 

LES ÉGLISES-ÉCOLES

Un total de 41 élèves du troisième cycle du primaire ont été soumis aux épreuves.

> Église-école Alpha-Oméga, Granby : 2 élèves

> Académie chrétienne Logos, Montréal : 3 élèves

> Église-école Faith Christian Academy, Saint-Lazare : 6 élèves

> Académie chrétienne de la Maison du serviteur, LaSalle : 8 élèves

> Association d'éducation chrétienne Cedar, Dollard-des-Ormeaux : 12 élèves

> Église-école Académie chrétienne de la Petite-Nation, Saint-André-Avellin (a fermé ses portes depuis) : 3 élèves

> Église-école Centre académique de l'Outaouais, Gatineau : 7 élèves