Attaqué sans ménagement depuis une semaine par les conservateurs pour les propos qu'il a tenus sur les conséquences de l'exploitation des sables bitumineux, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, fera une visite en Alberta, où se trouve cette industrie souvent critiquée par les groupes environnementaux.

Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Cette visite devrait être organisée d'ici deux semaines, a-t-on indiqué au NPD. M. Mulcair doit se rendre à Saskatoon, en Saskatchewan, le 1er juin, afin de prononcer un discours devant les membres de la Fédération canadienne des municipalités.

Le chef du NPD en profitera pour se rendre en Alberta afin de rencontrer les acteurs de l'industrie des sables bitumineux et, si possible, la première ministre, Alison Redford.

M. Mulcair a provoqué une tempête politique en affirmant dans une entrevue à la radio de CBC que l'exploitation des sables bitumineux avait contribué à une appréciation du dollar canadien qui a fait mal au secteur manufacturier en Ontario et au Québec, lequel dépend largement des exportations.

Principe du pollueur-payeur

Cette situation pourrait être corrigée si on imposait le principe du pollueur-payeur aux entreprises qui exploitent les sables bitumineux, selon M. Mulcair. Le leader néo-démocrate a aussi tracé un parallèle entre les problèmes qu'éprouve le secteur manufacturier au pays et la crise qui a frappé les Pays-Bas dans les années 70 à la suite de la découverte d'importants gisements de gaz naturel. Les économistes ont qualifié la crise aux Pays-Bas de «maladie hollandaise».

Depuis lors, les ministres du gouvernement Harper et les premiers ministres des provinces de l'Ouest multiplient les attaques contre M. Mulcair. Encore hier aux Communes, les conservateurs ont accusé le chef du NPD de dénigrer une ressource naturelle qui procure des emplois à des milliers de Canadiens et de chercher à diviser le pays pour des raisons électorales.

Pourtant, M. Mulcair avait tenu les mêmes propos durant la course à la direction du NPD. Mais il s'était aussi prononcé en faveur de l'exploitation des sables bitumineux, à condition que cela soit fait d'une manière plus respectueuse de l'environnement.

Sondages en faveur du NPD

En privé, les stratèges néo-démocrates voient dans les attaques musclées des conservateurs une tentative de stopper la hausse des appuis au NPD dans les sondages depuis quelques semaines.

Un sondage réalisé par Environnics et publié hier démontre que le NPD recueille 36% des appuis au pays contre 32% au Parti conservateur et 19% au Parti libéral. L'enquête a été menée du 7 au 9 mai auprès de 1000 personnes et comporte une marge d'erreur de plus ou moins 3,5 points de pourcentage.

Les stratèges se disent aussi convaincus que même les Albertains sont d'accord avec les propos de M. Mulcair. Ils citent en exemple un sondage mené par l'Institut Pembina en 2010 qui a démontré que 96% des Albertains sont d'avis que l'industrie doit payer pour les dommages causés à l'environnement.

«De toute évidence, les conservateurs tentent de faire pâlir l'étoile de Thomas Mulcair. Ils sont un peu désespérés et s'accrochent à des propos qu'ils déforment», a affirmé un stratège du NPD.