Source ID:08f1a2e4a67f3054b37174c9411cd6e2; App Source:StoryBuilder

Lanceur d'alerte congédié: le ministre Lamontagne dit avoir fait «une erreur»

Le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne.... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne, admet avoir fait «une erreur» en «prenant sur ses épaules» la responsabilité du congédiement de l'agronome Louis Robert, qui s'était tourné vers les médias pour dénoncer l'ingérence du privé dans la recherche publique sur les pesticides. Il demande maintenant à la protectrice du citoyen d'ouvrir une enquête sur cette affaire, notamment pour prouver qu'il n'a pas joué de rôle réel dans le licenciement du lanceur d'alerte.

«Dans le feu de l'action, je me suis fait rattraper par mon passé d'entrepreneur et par le fait que je suis un joueur d'équipe. Propriétaire d'entreprise dans le passé, il m'est arrivé à plusieurs occasions d'aller au bâton pour mes employés et c'est ce que j'ai fait spontanément la semaine dernière», s'est justifié le ministre Lamontagne, ce matin, lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée à Montréal.

Lors de son mea culpa, André Lamontagne a dit comprendre que la confiance du public envers la Loi facilitant la divulgation d'actes répréhensibles à l'égard des organismes publics a pu être «ébranlée» par cet épisode.

La lettre de congédiement de Louis Robert... - image 2.0

Agrandir

La lettre de congédiement de Louis Robert

Le ministre André Lamontagne demande notamment à la protectrice du citoyen de s'assurer que le congédiement de Louis Robert ne constitue pas des représailles à la suite de la dénonciation. Pourtant, c'est le seul motif invoqué dans sa lettre de renvoi.

Rappel des faits

Fonctionnaire provincial depuis 32 ans, Louis Robert a partagé l'an dernier une note ministérielle avec un journaliste de Radio-Canada. Ce document confidentiel faisait état d'une situation de crise au Centre de recherche sur les grains (CÉROM), une corporation à but non lucratif financé à 68% par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ). À l'époque, 15 des 35 employés du centre, dont sept chercheurs, venaient de démissionner.

Le document raconte que des scientifiques ont subi des tentatives d'intimidation de la part de quelques membres du Conseil d'administration et de son président, Christian Overbeek, «dans la diffusion et l'interprétation des résultats de projets de recherche».

Christian Overbeek est le président des Producteurs de grains du Québec, un syndicat affilié à l'Union des producteurs agricoles (UPA) qui représente 11 000 producteurs.

Louis Robert a été congédié le 24 janvier après une enquête administrative au cours de laquelle il a admis être à la source d'un reportage sur la crise qui secouait le CÉROM.

En marge du caucus de la Coalition avenir Québec, mercredi dernier, le ministre a déclenché une véritable tempête en déclarant qu'il avait «personnellement autorisé» le congédiement de Louis Robert et qu'il s'agissait d'une décision qu'il avait jugée «importante à prendre».

«Je n'ai pas utilisé les bons mots pour exprimer ce qui est réellement arrivé», a précisé M. Lamontagne, ce matin.

Le ministre a expliqué qu'il avait simplement demandé des explications sur le processus qui a mené au congédiement de M. Robert. Ce sont des spécialistes du ministère de l'Emploi qui ont réalisé l'enquête. «Tout cela m'est apparu comme rigoureux et empreint de précautions», a-t-il souligné au sujet de la démarche.

Le ministre André Lamontagne demande à la protectrice du citoyen de se pencher sur les quatre aspects suivants:

  • S'assurer que s'il y a eu dénonciation dans ce dossier, elle a été traitée adéquatement, notamment dans le respect du cadre juridique applicable, incluant la Loi facilitant la divulgation d'actes répréhensibles à l'égard des organismes publics.
  • S'assurer que le congédiement ne constitue pas des représailles à la suite de la dénonciation.
  • S'assurer que les droits de M. Robert ont été respectés et que l'équité procédurale a aussi été respectée tout au long de la séquence d'événements et du processus qui a mené à son congédiement. 
  • Confirmer que le ministre n'a eu aucune implication dans le congédiement de M. Robert.

«Tirer la plogue»

Plusieurs postes au conseil d'administration du CÉROM sont actuellement occupés par des représentants de l'industrie du grain. Un représentant de la compagnie Synagri, qui vend notamment des pesticides, siège toujours au conseil d'administration tout comme deux représentants de la COOP Fédérée, qui est également un fournisseur de pesticides. Un observateur du MAPAQ assiste également aux réunions du conseil d'administration, mais n'y a pas le droit de vote.

Dans la foulée des révélations contenues dans la note de service, le MAPAQ a demandé au CÉROM de faire un exercice de révision dans sa structure organisationnelle.

«Trois critères m'animent, a expliqué le ministre Lamontagne. Est-ce que les fonds publics qui sont investis dans le centre de recherche sont bien investis? Est-ce que dans le travail qui se fait là il y a une complète indépendance scientifique? Et est-ce que la gouvernance se fait dans les règles de l'art?»

S'il juge que les réponses à ces questions sont insatisfaisantes, le ministre dit qu'il pourrait «tirer la plogue». «J'arrête de faire contribuer le MAPAQ et l'argent des Québécois à cet organisme qui fait de la recherche», a-t-il précisé.

«Nous réitérons qu'il est parfaitement légitime que des représentants de notre secteur siègent à leurs conseils d'administration comme représentants des gens qui, ultimement, utiliseront le fruit des découvertes scientifiques qui y seront réalisées. En effet, leurs travaux visent à fournir des connaissances pour favoriser un développement durable d'un point de vue agronomique, environnemental et économique. Cette réalité n'affecte en rien l'indépendance des chercheurs. Malgré qu'aucune pression n'ait été réalisée dans le passé, des dispositions supplémentaires ont même été prises récemment en ce sens.»

Christian Overbeek
président des producteurs de grains du Québec



À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer