Source ID:06471d85a19d39d9bb12b6ff5eb1278f; App Source:StoryBuilder

Réunion des premiers ministres: Legault dit non à «l'énergie sale»

Le premier ministre François Legault a opposé une fin de non-recevoir à ses homologues de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick qui lui ont demandé d'accepter qu'un nouvel oléoduc traverse le Québec pour exporter le pétrole de l'ouest. « Moi, je ne me sens pas du tout gêné de refuser de l'énergie sale alors que nous, on offre de l'énergie propre à un prix compétitif », a-t-il lancé vendredi.

Il a tenu ses propos au terme de la réunion des premiers ministres convoquée par Justin Trudeau, à Montréal. Ce dernier est entré en collision avec certains de ses homologues provinciaux, surtout Doug Ford de l'Ontario et Scott Moe de la Saskatchewan, au sujet de la taxe sur le carbone, un enjeu qui ne concerne pas le Québec en raison de sa participation au marché du carbone.

Selon M.  Legault, Justin Trudeau a réitéré son engagement à donner « une pleine compensation » aux producteurs laitiers pour les pertes causées par le nouvel accord de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique. Le premier ministre fédéral a signalé qu'un comité a été formé avec les producteurs afin d'évaluer les besoins. « Ce n'est pas juste une discussion sur l'argent, c'est aussi une discussion stratégique sur comment on peut améliorer et aider le secteur laitier au Canada », a-t-il indiqué.

Justin Trudeau s'est également montré ouvert à donner plus que les 136 millions qu'il a mis sur la table afin de couvrir les dépenses liées aux demandeurs d'asile. Québec réclame 300 millions de dollars. Jusqu'ici, le gouvernement fédéral ne voulait compenser que les frais d'hébergement. Or M.  Legault souhaite également qu'il paie pour les services de santé et d'éducation.

M. Trudeau s'est refusé à « négocier en public ». Mais il mentionné son intention de tenir compte des « coûts notamment au niveau du logement », laissant donc entendre que son aide pourrait aller au-delà de cette catégorie de dépenses.

Le dossier de l'énergie a occupé une place importante à cette réunion. L'idée de relancer le projet d'oléoduc Énergie Est a été évoquée par des premiers ministres. Mais M.  Legault a indiqué qu'il n'en était pas question pour lui. Il n'y a pas d'acceptabilité sociale au Québec, a-t-il plaidé.

« Il y a effectivement quelques provinces, le Nouveau-Brunswick, la Saskatchewan et l'Alberta, qui aimeraient bien » ce pipeline. « Mais en même temps, il y a le projet de TransMountain dans l'ouest, Keystone aux États-Unis. Je pense que s'ils réussissent ces deux projets-là, ils vont être corrects. »

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, trouve « préoccupante » et paradoxale la position du Québec. Il a rappelé que M.  Legault refuse la demande d'autres provinces alors qu'il réclame  à celles-ci de lui acheter de l'hydroélectricité. Or « ça doit aller dans les deux sens », a-t-il insisté.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a quant à elle souligné la nécessité d'« augmenter la capacité de transport » du pétrole albertain. L'Alberta est responsable d'une bonne part de la croissance économique du Canada et finance ainsi le programme de péréquation qui bénéficie à d'autres provinces, a-t-elle insisté. Le Québec est bénéficiaire de ce programme.

François Legault a répliqué qu'il a pour l'essentiel « le même problème qu'elle ». « J'ai des surplus d'hydroélectricité, j'ai des projets potentiels pour augmenter le volume d'électricité. D'autres provinces canadiennes doivent m'acheter de l'hydroélectricité ! » a-t-il lancé avant d'ajouter une précision. « Il y a une grande différence : c'est de l'énergie propre l'hydroélectricité ! »

Selon lui, son projet d'alliance énergétique a reçu « un certain support » du fédéral et d'autres provinces qui, comme le Québec, veulent vendre à leurs voisines de l'hydroélectricité, à savoir Terre-Neuve-et-Labrador et le Manitoba.

« Si on était capable de convaincre l'Ontario de reculer un peu sur son projet de rénover ses centrales nucléaires au coût de 20 milliards de dollars » et d'acheter de l'hydroélectricité québécoise, « ce serait moins coûteux et mieux pour l'environnement, ça créait de la richesse au Québec, ça réduirait le montant de péréquation », a dit M.  Legault.

Justin Trudeau a montré de l'intérêt à s'impliquer dans la création d'interconnexions électriques entre les provinces. Il a par ailleurs affirmé qu'« il n'y a aucun consensus » au sujet d'un pipeline vers l'est et qu'« aucun projet n'est sur la table pour l'instant ». TransCanada a abandonné Énergie Est notamment en raison des critiques en provenance du Québec.  

Doug Ford brillait par son absence à la conférence de presse finale réunissant les premiers ministres - Rachel Notley a quitté la scène au beau milieu de l'événement afin de prendre l'avion. « Je pense que c'est très clair que le premier ministre Ford et moi avons une différence d'opinions sur les changements climatiques », a reconnu M. Trudeau. Il tient à imposer « un prix sur la pollution » avec la taxe sur le carbone, une mesure à laquelle le premier ministre ontarien s'oppose farouchement tout comme son homologue de la Saskatchewan. Il a reproché à M. Ford d'avoir retiré sa province du marché du carbone auquel participent le Québec et la Californie. Il l'a accusé d'avoir présenté un plan de lutte contre les changements climatiques qui représente « un pas en arrière ».

« Ce que j'ai entendu de tous les premiers ministres autour de la table, c'est un désir de protéger l'environnement. Malheureusement, il y a des différences d'opinions sur comment le faire et jusqu'où il faudrait aller », a reconnu Justin Trudeau.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer