Source ID:; App Source:

Robert Poëti quitte la vie politique

Le député de Marguerite-Bourgeoys Robert Poëti... (Photo Pascal Ratthé, archives La Presse)

Agrandir

Le député de Marguerite-Bourgeoys Robert Poëti

Photo Pascal Ratthé, archives La Presse

(Québec) Député libéral de Marguerite-Bourgeoys depuis 2014, ministre délégué à l'Intégrité des marchés publics, Robert Poëti a fait savoir mercredi qu'il ne serait pas candidat aux prochaines élections. Une annonce surprise: il avait caché son plan de match même aux autorités de son parti.

En conférence de presse, le ministre a expliqué vouloir passer davantage de temps avec ses proches, évoquant le « sacrifice très important » que la vie politique leur a imposé.

« Ne négligez pas, lorsque les gens travaillent dans le service public, ce que ça demande sur le plan personnel, ce que ça demande sur le plan de la famille », a-t-il affirmé.

Quinzième membre de l'équipe de Philippe Couillard à faire connaître son intention de quitter, l'ancien policier avait été humilié en janvier 2016. Seul ministre à avoir été éjecté hors du gouvernement lors d'un remaniement ministériel, il avait perdu les Transports.

On a appris par la suite qu'Annie Trudel, une ancienne analyste de l'UPAC qu'il avait embauchée au MTQ, a remis sa démission en se disant victime d'obstruction. Dans une lettre sur le respect des règles d'attribution des contrats à son ancien ministère, M. Poëti avait mis son successeur Jacques Daoust dans l'eau chaude. La sous-ministre Dominique Savoie a été sacrifiée dans l'opération. Pendant longtemps, il aura été à couteaux tirés avec le chef de cabinet de Philippe Couillard, Jean-Louis Dufresne.

Par la suite, dans une lettre sur le respect des règles d'attribution des contrats à son ancien ministère, il avait mis son successeur Jacques Daoust dans l'eau chaude. La sous-ministre Dominique Savoie avait été sacrifiée dans l'opération. Pendant longtemps, il aura été à couteaux tirés avec le chef de cabinet de Philippe Couillard, Jean-Louis Dufresne.

En octobre 2017, il était réintégré au conseil des ministre, sous le président du conseil du trésor, Pierre Arcand, comme garant de l'intégrité de l'attribution des marchés publics.

Son annonce de mercredi a irrité des libéraux influents. À maintes reprises, il avait signifié aux organisateurs son intention de porter à nouveau les couleurs du parti aux prochaines élections.

La surprise est d'autant plus grande que le parti avait depuis longtemps réglé la question de l'investiture dans Marguerite-Bourgeoys. Le député Poëti avait été désigné candidat par les militants de sa circonscription. Avant les élections à Montréal, il avait jonglé avec l'idée d'aller sur la scène municipale dans l'équipe de Denis Coderre, dont il est resté proche.

Dans un message diffusé sur Facebook, Robert Poëti s'est dit fier d'avoir contribué à l'adoption de sept projets de loi, dont celui qui mènera à la création de l'Autorité des marchés publics. Mais plusieurs ont remarqué que Philippe Couillard ne fait pas partie de la longue liste de personnes qu'il remercie.

En conférence de presse, M. Poëti a d'ailleurs confirmé qu'il a annoncé son départ lors d'une réunion du caucus libéral, mercredi matin, sans d'abord prévenir le premier ministre.

M. Couillard ne s'en n'est pas formalisé outre mesure. Il a dit avoir eu une « bonne relation de travail » avec le député, reconnaissant toutefois qu'elle a parfois été tendue.

 « Il y a eu des moments plus difficiles, a dit M. Couillard. Mais il a fait des choses importantes. Je le remercie et maintenant on passe à la prochaine époque.  

M. Poëti, lui, a assuré avoir une « excellente » relation avec son chef.

« Quand j'ai des convictions, je les dis, a-t-il expliqué. Puis, si ça arrive que M. Couillard ou quelqu'un d'autre n'est pas d'accord, bien, il a le droit. Au final, qui a le droit de décider? C'est lui, ce n'est pas moi. Alors, moi, ma relation est bonne, elle est excellente, et je ne crois pas d'avoir commis d'impair. »

La départ-surprise de M. Poëti a été accueilli avec déception par les collègues libéraux.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, avait pressé le premier ministre de réintégrer Robert Poëti à son cabinet l'an dernier en affirmant que l'ancien policier incarnait l'intégrité. Selon lui, le départ du ministre est une mauvaise nouvelle pour les troupes de Philippe Couillard.

« Ce qu'on peut constater aujourd'hui, c'est que l'homme qui incarne l'intégrité décide de ne plus être dans l'équipe libérale, a ironisé M. Lisée. C'est un signal. »

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a pour sa part salué la carrière du député de Marguerite-Bourgeoys.

« Tous ceux qui ont accepté de consacrer du temps à la vie politique ont toute mon admiration, a-t-il dit. C'est difficile de faire ce qu'on fait en politique. Donc je peux comprendre que quelqu'un, après un certain nombre d'années, décide de passer à autre chose. »

Annonce de Robert Poëti




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer