Source ID:7ac776ad-5cb7-44be-a18c-adc995335564; App Source:alfamedia
Exclusif

Marissal avait conservé un lien d'emploi avec une firme de lobbyisme

Tout en conservant son lien d'emploi avec la... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Tout en conservant son lien d'emploi avec la firme de lobbyisme, Vincent Marissal travaillait jusqu'à hier dans l'équipe des conseillers rétribués de Québec solidaire.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

(Québec) Jusqu'à hier midi, le candidat de Québec solidaire (QS) dans Rosemont, Vincent Marissal, était toujours employé d'une société de lobbyisme. Son «congé sans solde», amorcé au début du mois d'avril, s'est terminé brutalement après que La Presse a soulevé la question.

En quittant la firme TACT Intelligence-conseil, une firme de lobbyisme qui a des bureaux à Québec de même qu'à Montréal, M. Marissal avait «demandé et obtenu un congé sans solde», avait confirmé en matinée un porte-parole de la firme. Tout en conservant son lien d'emploi avec la firme de lobbyisme, l'ancien journaliste travaillait jusqu'à hier dans l'équipe des conseillers rétribués de Québec solidaire.

Une situation d'autant plus délicate que le ténor de QS, Amir Khadir, a dénoncé dans les termes les plus durs le phénomène du lobbyisme, qui «menace la démocratie» et «assiège l'État». Par cette activité d'intermédiaires, de «puissants intérêts privés manipulent la démocratie». Il avait même soutenu qu'il souhaitait à terme la disparition de cette industrie.

Après les questions de La Presse, TACT Intelligence-conseil a précisé deux heures plus tard qu'on avait rompu tout lien d'emploi, et que la «cessation d'emploi [de M. Marissal était] effective depuis [hier] midi». TACT Intelligence-conseil compte parmi ses clients les multinationales Merck (pharmaceutique) et Cisco (informatique), ainsi que la société pétrolière Valero.

«J'étais en sans solde. On a décidé [hier] de tirer la plogue, de régulariser, de clarifier la chose, parce qu'il pourrait y avoir des questions quant à mon lien d'emploi», a affirmé Vincent Marissal.

Au moment où sa décision de sauter en politique active avait fait l'objet d'une fuite, les décisions avaient été prises rapidement, avant 8h du matin. Pourquoi avoir maintenu ce lien d'emploi? «La politique est un sport incertain, c'est d'ailleurs prévu par la loi, a-t-il expliqué. Je n'ai plus de lien avec TACT, j'ai peut-être une ou deux cravates qui traînent dans le bureau, mais je n'y suis jamais retourné», a insisté M. Marissal.

Interrogé lors d'un point de presse sur le congé sans solde de M. Marissal, Gabriel Nadeau-Dubois a paru passablement surpris. «Ma compréhension des choses, c'est que M. Marissal ne travaille plus chez TACT Intelligence-conseil. Je ne sais pas les détails», a-t-il soutenu. Par la suite, après s'être entretenu avec le candidat de Rosemont, il a soutenu qu'il était au courant dès le début que sa recrue était en congé sans solde. «J'ai été surpris par votre question... mon souvenir est qu'il ne travaillait plus chez TACT. La technicalité de maintenir un lien d'emploi, d'un congé sans solde, je vous avoue que cela m'a échappé, j'étais en train de répondre sur Kinder Morgan.»

Démarchage auprès des gouvernements

TACT Intelligence-conseil est une firme de communications qui fait aussi du démarchage pour des entreprises auprès des gouvernements. Parmi ses clients, on retrouve, outre Roche, Sobey's, Ubisoft, Transat, et Energir (ex-Gaz Métro). M. Marissal était inscrit au registre des lobbyistes à Ottawa pour ses démarches dans le dossier de la Fédération nationale des communications (FNC), qui tentait de convaincre Ottawa de donner des crédits d'impôt aux médias écrits. Du côté québécois, son rôle en était un de conseiller en communications pour le bureau d'avocats BCF; il avait aussi un rôle dans la préparation du dossier du Lab-école, un projet financé par le ministère de l'Éducation.

«On n'avait aucun problème à ce qu'il ait toujours un lien d'emploi, si dans les faits, il n'avait pas de rémunération, qu'il ne travaillait plus pour eux. Le seul mandat de lobbyiste qu'il ait eu était de représenter la FNC à Ottawa, on trouvait même que c'était une bonne cause», a précisé M. Nadeau-Dubois. Il a d'ailleurs rappelé qu'un de ses conseillers politiques n'avait pas renoncé à sa permanence dans la fonction publique québécoise.

***

Rectificatif

Dans une première version de ce texte, nous indiquions que l'agence TACT Intelligence-Conseil compte parmi ses clients Roche, une firme maintes fois attaquée par le député Amir Khadir. Or, le client Roche n'est pas la firme d'ingénierie, mais une compagnie pharmaceutique n'ayant pas fait l'objet de critique de M. Khadir. Nos excuses.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer