Source ID:; App Source:

Ni de droite, ni de gauche, la CAQ «rejette les étiquettes»

Le chef de la CAQ, François Legault.... (Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Le chef de la CAQ, François Legault.

Jacques Boissinot, archives PC

(Québec) La Coalition avenir Québec (CAQ) rejette l'étiquette d'extrême droite que lui a collée mercredi le premier ministre Philippe Couillard et se dit plutôt un parti « pragmatique ».

« La CAQ est un parti pragmatique, à l'écoute des gens qui rejettent les étiquettes de gauche ou de droite. Ce n'est pas ce qui nous définit », a martelé jeudi en mêlée de presse le député caquiste Jean-François Roberge. 

Mercredi, lors de l'étude des crédits du conseil exécutif, le ton a rapidement monté entre le chef de la CAQ, François Legault, et le chef libéral. Selon ce dernier, la CAQ est « à l'extrême droite, à la droite dure du spectre politique du Québec. » 

« [C'est] pathétique. On ne peut pas laisser le premier ministre divaguer et nous coller des étiquettes qui sont fausses », a dit M. Roberge, jeudi, dans le foyer de l'Assemblée nationale. 

« Ce qui fait dire aux libéraux que nous sommes d'extrême droite, c'est leur panique et leur incapacité à défendre leur bilan », a-t-il ajouté, soulignant que son parti souhaite « réinvestir en éducation, dans les services publics, mais qu'on reconnaît qu'il y a un réseau privé et le libre choix ». 

La CAQ veut privatiser la santé, accuse Barrette 

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui a été candidat pour la CAQ aux élections de 2012 avant d'être élu sous la bannière libérale en 2014, accuse de son côté la formation politique de François Legault de vouloir privatiser le réseau de la santé.

« Au moment où on se parle, dans les officines et les entourages de la CAQ, on parle de privatisation de la santé. Je le sais, parce que je sais à qui ils parlent », a affirmé M. Barrette alors qu'il quittait le caucus libéral, jeudi.

Mercredi, le ministre de la Santé a été questionné par son vis-à-vis caquiste, François Paradis, concernant le prix plus élevé que Québec a déboursé pour un vaccin contre la méningite comparativement à ce que le Royaume-Uni a payé par le passé. 

« Le ministère de la Santé a payé 90 $ pour les 8 500 premières doses et 78 $ pour les 111 000 autres. Total de la facture : 10 millions. La campagne de vaccination était justifiée, mais nous avons tout de même payé trois à quatre fois plus cher que la recommandation de la santé publique », a dit M. Paradis, mercredi. 

Jeudi, Gaétan Barrette a rappelé cette question, alléguant que « la CAQ aurait probablement choisi de ne pas vacciner les enfants. »

« Quand on arrive comme gérant d'estrade après les faits, refaire une histoire, critiquer, ça indique qu'on met comme priorité le dollar comptable, à l'image du chef, plutôt que l'intérêt des enfants. (...) C'est une position de droite », a-t-il dit. 

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer