Le PQ et la CAQ contre le souhait d'une future policière de porter un hijab

Sondos Lamrhari... (photo tirée de Facebook)

Agrandir

Sondos Lamrhari

photo tirée de Facebook

(Québec) Si Sondos Lamrhari, une étudiante voilée en techniques policières au Collège Ahuntsic, souhaite pratiquer son métier pour un corps de police québécois, elle devra retirer son hijab, préviennent le Parti québécois et la Coalition avenir Québec, dans l'éventualité où ils seraient portés au pouvoir le 1er octobre.

Pour le gouvernement Couillard, l'opposition veut « casser les rêves » de cette étudiante qui cherche à « participer activement à la société québécoise » et à « intégrer un métier non traditionnel » pour les femmes.

En mêlée de presse jeudi matin dans le foyer de l'Assemblée nationale, la porte-parole du Parti québécois en matière de laïcité, Agnès Maltais, a cité en exemple un article du Journal de Montréal qui fait le portrait de Sondos Lamrhari, une étudiante voilée de 17 ans en techniques policières au Collège Ahuntsic. Mme Lamrahi souhaite exercer sa future profession en portant son hijab pour le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ou le Service de police de la Ville de Laval (SPVL).

La députée péquiste de Taschereau soutient que sa formation politique se place du côté des femmes « victimes » d'abus parce qu'elles refusent de porter un hijab et exige, en conséquence, que Québec interdise aux policières d'en porter un.

« Une jeune femme de Gatineau est allée [par le passé] à la police pour dénoncer son père parce qu'elle était battue puisqu'il refusait qu'elle enlève son hijab quand elle allait à l'école. Je me demande aujourd'hui ce que penserait cette jeune femme, qui a eu le courage de dénoncer son père à la police, si la policière qui l'avait reçue portait un hijab », a déclaré Mme Maltais.

« Quelles que soient les aspirations très légitimes de la jeune fille qui veut entrer dans la police, je dis ceci : nous, du côté du Parti québécois, nous nous plaçons du côté des victimes potentielles. En ce sens, nous considérons que nous conservons notre position [NDRL : qui est d'interdire le port de signes religieux aux employés de l'État en position d'autorité] et qu'elle est la plus juste possible », a-t-elle affirmé.

Un cas réel

Dans le Journal de Montréal, Sondos Lamrahi - qui pourrait terminer ses études d'ici quatre ans - affirme qu'« enlever mon voile, ce serait comme baisser les bras. »

La jeune femme née à Montréal de parents marocains assure qu'on ne la force pas pour porter le voile. Au contraire, elle aurait souhaité le porter jeune, mais ses parents auraient insisté pour qu'elle attende à l'adolescence pour prendre une décision, rapporte le média de Québecor.

« Je suis ouverte à la critique », a affirmé Mme Lamrahi, alors que cette question nourrit les débats à l'Assemblée nationale depuis plusieurs années.

« [L'article de ce matin] est la traduction concrète de ce qu'on répète depuis des jours et que M. Couillard s'entête à qualifier d'imaginaire. Cette situation ne surviendrait pas si le gouvernement Couillard avait accepté d'encadrer une fois pour toutes cette question », a déclaré la députée de Louis-Hébert pour la Coalition avenir Québec (CAQ), Geneviève Guilbault. Si elle est élue, sa formation politique prévoit interdire - tout comme le PQ - le port de signes religieux aux employés de l'État en position d'autorité, dont les policiers.

« Il est clair qu'une personne en position d'autorité ne peut pas servir Dieu et l'État dans un même quart de travail. Comprenez-vous qu'une autopatrouille, ce n'est pas un lieu de culte? », a lancé la caquiste Nathalie Roy au Salon bleu.

« Je lui dis, par respect pour des victimes potentielles, que nous nous plaçons du côté des victimes. Elle doit soit abandonner cette idée de porter son hijab, soit se diriger (...) vers la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui l'accepte déjà », a également affirmé la péquiste Agnès Maltais.

« Le Canada a décidé d'avoir le multiculturalisme, nous, nous avons décidé autre chose », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement outré

Le gouvernement a rapidement délégué avant la période de questions deux ministres, Stéphanie Vallée (Justice) et Hélène David (Condition féminine), pour donner la réplique au PQ et à la CAQ. 

« C'est triste d'entendre ça de la part des collègues de l'opposition, a soutenu Mme Vallée. C'est triste de casser les rêves d'une jeune fille qui est déterminée, née ici au Québec, qui a des rêves qui souhaitent s'intégrer dans un métier non traditionnel (...). C'est triste de dire à une jeune fille : "Non, sais-tu, tes rêves, tu ne peux pas les poursuivre au Québec parce que ta foi me dérange". En fait, c'est ça qu'ils disent : "Tu ne penses pas comme moi, ta foi, tu l'exprimes, et nous, on n'a pas le goût que tu t'intègres à la société, on n'a pas le goût que tu participes activement à la société québécoise". C'est le message de la CAQ et du PQ. »

Selon elle, l'argument invoqué par Agnès Maltais est « du gros n'importe quoi ». « Prétendre qu'une fille en hijab viendrait porter atteinte à une autre jeune fille. Voyons donc ! », a-t-elle affirmé.

Hélène David a relevé que l'étudiante a mis en oeuvre elle-même un « accommodement extrêmement raisonnable » en adoptant un foulard propre à chaque situation, comme au moment de faire de la natation. « On en est fier de cette fille ! », a-t-elle lancé. « Elle veut devenir policière : bravo ! Et je lui dis publiquement aujourd'hui : j'espère qu'elle va rester, j'espère qu'elle va pouvoir pratiquer son métier au Québec. »

Stéphanie Vallée a rappelé le refus du gouvernement d'accéder à la demande de l'opposition. 

« Pourquoi ? Parce qu'on en a des juges qui portent des signes religieux. On a des juges qui portent la kippa [NDLR: calotte portée par des Juifs] depuis des années à la Cour supérieure. Est-ce que ça pose problème ? Pas du tout. »

La question du port des signes religieux pour les employés de l'État en position d'autorité fait rage cette semaine à l'Assemblée nationale. Lundi, le premier ministre Philippe Couillard a accusé ses adversaires de faire la promotion d'un « enjeu imaginaire » en relançant ce débat en ce qui concerne les policières. Il a dit qu'il priorisait pour sa part les « véritables enjeux des véritables citoyens du Québec », puis a corrigé le tir le lendemain, affirmant que ses propos avaient dépassé sa pensée.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer