Source ID:; App Source:

La CAQ et le PQ s'opposent à une journée contre l'islamophobie

L'Assemblée nationale, à Québec.... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

L'Assemblée nationale, à Québec.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

(Québec) La CAQ et le PQ s'opposent à la création d'une journée nationale contre l'islamophobie le 29 janvier comme le demande la communauté musulmane, alors que le Parti libéral et Québec solidaire se montrent favorables.

La grande mosquée de Québec et plus de 70 organismes musulmans ont demandé vendredi au gouvernement Trudeau de créer une telle journée à la mémoire des six victimes de la tuerie de janvier dernier. 

Mais la proposition divise l'Assemblée nationale. La Coalition Avenir Québec (CAQ) et le Parti québécois (PQ) s'y opposent, inconfortables avec le terme «islamophobie».

«La CAQ n'entend pas soutenir cette demande. Nous croyons que la journée du 29 janvier devrait être consacrée à commémorer la mémoire des victimes de cette terrible tragédie, a expliqué le parti dans un courriel. Il s'agit du geste intolérable d'une seule personne et non pas celui d'une société entière. Les Québécois sont ouverts et accueillants, ils ne sont pas islamophobes.»

Le Parti québécois dit quant à lui souhaiter que la tuerie à la grande mosquée de Québec - «un geste ignoble» - soit commémorée toutes les années. Mais la formation de Jean-François Lisée a d'importantes réserves sur la proposition telle que formulée vendredi dernier par la communauté musulmane.

«Le Parti québécois choisit ne pas utiliser le terme "islamophobie" qui fait l'objet d'une controverse permanente, et lui préfère l'expression "sentiment anti-musulman", explique Bruno-Pierre Cyr, attaché de presse de M. Lisée. Le PQ s'oppose à toute forme de discrimination et de racisme, mais également à l'intégrisme religieux, parfois lui-même intolérant.»

Le vice-président du Centre culturel islamique de Québec,... (PC) - image 2.0

Agrandir

Le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, aux côtés de Philippe Couillard, lors d'une conférence de presse le lendemain de la tuerie de Québec.

PC

Le Parti libéral du Québec voit quant à lui cette idée d'un bon oeil. «C'est trop tôt pour statuer formellement. Mais c'est évident qu'on aborde tout ça avec beaucoup d'ouverture, indique Charles Robert, directeur des relations avec les médias au cabinet du premier ministre. C'est sûr que ce qui s'est passé à la mosquée à Québec, c'est une tragédie. Il faut que ce soit commémoré.»

Par le biais d'un porte-parole, Québec solidaire a dit appuyer la demande, sans autre commentaire. 

Pas d'unanimité

La demande pour une journée nationale contre l'islamophobie a été formulée vendredi dernier. Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) et plus de 70 organismes ont envoyé une lettre à Justin Trudeau pour lui demander de créer cette journée. Il existe au moins un précédent : le Parlement a créé une journée nationale contre la violence faite aux femmes dans la foulée de la tuerie de l'École polytechnique.

Le gouvernement Trudeau n'a pas encore pris position. Mais en entrevue avec La Presse vendredi, le vice-président du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) demandait aux quatre partis à Québec de soutenir unanimement la demande. «Ça enverrait un message fort», disait Boufeldja Benabdallah. Cette unanimité n'aura pas lieu.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer