L'arrestation du député libéral de Chomedey, Guy Ouellette, ne freinera pas l'application d'une norme «iso-anticorruption» dont l'ancien policier s'était fait le promoteur au sein du gouvernement libéral, a souligné jeudi le premier ministre Philippe Couillard.

Publié le 26 oct. 2017
Denis Lessard LA PRESSE

Devant des reportages laissant entendre que l'UPAC craignait l'application éventuelle d'une telle norme, ce qui avait téléguidé l'arrestation du député Ouellette, M. Couillard et son ministre à l'intégrité, Robert Poëti, ont senti le besoin de corriger le tir. Iso-anticorruption est une norme internationale, qui existait avant l'intérêt du député, ont-ils fait valoir, relancés par la députée péquiste Agnès Maltais à la période quotidienne des questions.

«C'est une bonne idée, on va avancer dans cette direction. C'est une bonne idée d'étendre cette norme quand on en aura pris l'habitude, l'arrestation de notre collègue ne changera rien» de soutenir M. Couillard.

Pour le ministre Poëti, cette norme «iso-37001» est «régie par l'organisation internationale de normalisation. L'ensemble des parlementaires ici sont d'accord pour travailler sur le dossier, cela intervient en amont. On va aller de l'avant pour l'implanter dans les organismes et ministères». La norme a été mise en place par 37 experts internationaux. Il a rencontré M. Ouellet dans ce dossier - le député de Chomedey avait déjà sensibilisé le cabinet du premier ministre à cette norme il y a quelques semaines.

Pour Agnès Maltais, le gouvernement devrait se doter d'un échéancier pour la mise en place de ces règles.