L'islam ne peut être dissocié des gestes commis en son nom, dit Couillard

Les policiers et enquêteurs ont passé toute la... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Les policiers et enquêteurs ont passé toute la nuit dans l'appartement de Amor Ftouhi, l'auteur de l'attentat de Flint.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

(Québec) L'islam ne peut être dissocié des actes terroristes commis en son nom, comme celui qui a été perpétré par un Montréalais à l'aéroport de Flint au Michigan, a affirmé Philippe Couillard jeudi.

Le premier ministre a dénoncé le geste «très triste» commis la veille par Amor Ftouhi, ce résidant de Montréal qui a poignardé un policier aux États-Unis.

Il a dit craindre que la communauté musulmane soit montrée du doigt dans la foulée du geste, un geste qui serait «injuste» selon lui. Mais du même souffle, il a ajouté que la religion ne peut être séparée des gestes perpétrés en son nom.

«Malheureusement, vous ne pouvez déconnecter ce type d'événement - le terrorisme - de l'islam en général», a-t-il indiqué M. Couillard en anglais.

Citant le nouveau président français Emmanuel Macron, le premier ministre a invoqué une «double responsabilité» de l'État et de la communauté musulmane dans la lutte au terrorisme.

«Nous avons tous une responsabilité face au terrorisme, a-t-il dit. L'État pour assurer la sécurité, pour prévenir autant que possible avec la communauté. Et la communauté d'engager le dialogue avec elle-même, si j'ose dire, pour rappeler à tous que ce n'est pas ce que la religion enseigne.»

Pas de risque accru

Amor Ftouhi, un père de famille de 50 ans, n'était pas sur le radar des policiers. La Presse a révélé que ce résidant du quartier Saint-Michel était titulaire d'une carte EXPRES lui permettant de passer la frontière canado-américaine plus rapidement, un privilège obtenu après la vérification de ses antécédents.

Philippe Couillard convient qu'il n'est pas irréaliste de penser que ce «loup solitaire» aurait pu frapper au Québec.

«Est-ce que ce serait impossible? Non. Quelqu'un qui vous dirait qu'il n'y a aucun risque chez nous ne vous dirait pas la vérité», a-t-il dit.

«Ce qu'on a comme information qu'on a des organisations de sécurité, c'est que le risque ne dépasse pas le niveau habituel, a-t-il toutefois ajouté. Il n'y a pas de risque accru.»

La délégation du Québec à Chicago est en contact avec les autorités du Michigan, a indiqué le premier ministre. Il compte s'entretenir prochainement avec le gouverneur de cet État, Rick Snyder.

Il dit n'avoir aucune raison de craindre un resserrement des frontières à cause de l'attentat.

Le premier ministre n'a pas précisé si des mesures particulières seront prises pour assurer la sécurité des nombreux rassemblements publics - festivals, Fête nationale, etc. - qui auront lieu dans les prochaines semaines.

«Ces événements sont encadrés, mais pas de façon à restreindre la joie de vivre de la population, a dit M. Couillard. Je pense que c'est important aussi. Je ne voudrais pas qu'on devienne un peuple frileux, recroquevillé, craintif. On a au contraire l'occasion, malgré cette tragédie, d'affirmer notre désir de vivre ensemble dans une société ouverte et démocratique où les droits des gens sont importants.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer