Source ID:; App Source:
Exclusif

Déficit de 1,75 milliard: un objectif «irréaliste»

Le premier ministre Philippe Couillard a donné hier... (Photo: PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard a donné hier un avant-goût du discours d'ouverture de la session qu'il prononcera aujourd'hui.

Photo: PC

(Québec) Pour son premier budget, le gouvernement Couillard réclamera un sursis. Québec ne pourra atteindre la cible de déficit de 1,75 milliard établie pour 2014-2015 dans le dernier budget péquiste. À moins de tomber sur une cagnotte insoupçonnée, on dépassera les 2 milliards, a appris La Presse.

Pour l'année suivante, toutefois, pas question de déroger de l'objectif zéro, même si «la marche sera plus haute». C'est qu'avant le budget de l'an prochain, le gouvernement Couillard attend beaucoup de sa future commission permanente de réévaluation des programmes gouvernementaux - une promesse de la campagne électorale.

L'objectif d'un déficit de 1,75 milliard pour cette année est celui du budget Marceau, explique-t-on désormais. Ce chiffre se révèle «irréaliste» quand on tient compte des dépenses à comprimer. La difficulté d'atteindre cet objectif formulé par le ministre péquiste Nicolas Marceau devient évidente quand on constate que le gouvernement Marois n'a pu déposer de crédits budgétaires.

Officiellement, Québec soutient qu'il doit trouver 3,7 milliards pour atteindre cet objectif si on tient compte des annonces non budgétées du gouvernement Marois - et 2,4 milliards si on tient compte des engagements réellement pris.

«Croissance et rigueur», c'est le nouveau leitmotiv du gouvernement Couillard, pour qui l'expression «austérité» n'a plus la cote, puisqu'elle sous-entend un coup de frein à la croissance économique. Ce changement de ton, Philippe Couillard tentera de le faire passer cet après-midi quand il lira le «message inaugural», soit le plan de match général de son gouvernement.

Rapport attendu

Chez Philippe Couillard, on s'impatiente devant les reports successifs du dépôt du rapport du Vérificateur général, qui doit faire le point sur l'état des finances publiques. Il l'avait fait pour les recettes - le côté Finances - au début de 2014. Québec attend ces chiffres pour les dépenses avant de boucler son budget. Le Vérificateur avait prévu livrer le rapport cette semaine, mais il vient de demander un délai jusqu'à la semaine prochaine.

Avec ces délais, le scénario d'un budget déposé le 3 juin devient «douteux». Dans un scénario idéal, le ministre des Finances et le président du Conseil du trésor, MM. Leitao et Coiteux, auraient travaillé avec les constats du Vérificateur en main. Mais on se prépare à «faire sans».

Le dépôt du budget entraîne un débat obligatoire et prioritaire de 25 heures. À Québec, on s'attend à suspendre les travaux à l'Assemblée nationale comme prévu dans le calendrier, soit le 13 juin. Les commissions parlementaires se réuniront par la suite pour faire l'étude des crédits détaillés, et l'Assemblée sera convoquée pour une journée par la suite, afin d'adopter les crédits. Tous les élus sont prévenus: personne ne quitte le Québec avant le 15 juillet.

Le prochain budget prévoira par exemple des mesures pour les PME, les régions et les ressources. Des coupes débutées dans les bureaux régionaux de l'Éducation s'étendront à la gestion du réseau de la santé dès cette année et se poursuivront l'an prochain.

Ces messages inauguraux sont toujours passablement vagues et reprennent, invariablement, les engagements du parti en campagne électorale. Pauline Marois n'avait pas permis au lieutenant gouverneur d'y aller d'un texte de son cru comme préambule. Philippe Couillard a tenu à revenir aux traditions: Pierre Duchesne, le représentant de la reine, pourra y aller de son petit boniment.

Projets de loi

Le premier ministre Couillard fera la liste des projets de loi qui seront déposés, des projets de loi formalisant les statuts de Québec et de Montréal comme capitale et métropole du Québec. On voudra donner plus d'autonomie fiscale aux villes, comme l'a souhaité l'Union des municipalités récemment. Montréal attend particulièrement l'adoption de cette mesure.

Aujourd'hui, M. Couillard devrait rappeler son engagement de tenir deux commissions: l'une sur la fiscalité, présidée par Luc Godbout, l'autre, permanente, sur la revue de programmes. On envisage d'en confier la présidence à une femme, connue du secteur économique.

Un autre créera le poste d'Inspecteur général pour la Ville de Montréal - le projet de loi avait tout juste été déposé, on reprendra à partir de zéro avec le même projet. En revanche, pour «l'aide médicale à mourir», on ne reprendra pas le travail de cette pièce législative proche de l'adoption. Une simple motion du leader parlementaire du gouvernement permettra de reprendre le débat là où on l'avait laissé dans la précédente législature.

Le projet de loi sur les régimes de retraite municipaux sera déposé, mais il ne faut pas s'attendre à ce qu'il franchisse beaucoup d'étapes parlementaires. L'Assemblée nationale aura aussi à donner son accord à l'entente Canada-Europe sur le libre-échange. Le dossier, qui relève du commerce extérieur, sera plus délicat pour le ministre de l'Agriculture Pierre Paradis: on augmente les importations de fromages fins européens.

L'automne prochain devrait permettre de voir le projet de loi libéral sur la «neutralité religieuse de l'État». Pas de charte, pas de laïcité, mais des balises aux accommodements raisonnables. La formation du dernier Conseil des ministres laisse prévoir d'autres projets dès l'automne; il faudra créer un ministère en bonne et due forme pour la forêt et pour l'innovation.

À l'automne, il faut aussi s'attendre à ce que l'on revienne avec un secrétariat du Plan Nord chargé d'élaborer une stratégie pour relancer le plan du gouvernement Charest.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer