Exclusif

Philippe Couillard éjecte Henri-François Gautrin

Henri-François Gautrin a mis son chef Philippe Couillard... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Henri-François Gautrin a mis son chef Philippe Couillard dans l'embarras le jour même de sa rentrée parlementaire en prédisant la réélection d'un gouvernement Marois majoritaire.

Photo La Presse Canadienne

(Québec) Henri-François Gautrin, député libéral de Verdun depuis près de 25 ans, se fera montrer la porte au cours des prochaines heures. Son siège, un château fort libéral, servira à attirer une vedette du secteur économique.

M. Gautrin a mis son chef Philippe Couillard dans l'embarras le jour même de sa rentrée parlementaire en prédisant la réélection d'un gouvernement Marois majoritaire.

Il a voulu corriger le tir en affirmant le contraire dans un communiqué, mais le mal était fait. Au huis clos du caucus, il a soutenu «n'avoir rien fait de mal». À ses collègues, quelques jours plus tard, il a fait parvenir un long courriel pédagogique qui leur expliquait qu'il était important de faire attention à ses déclarations à l'approche des élections!

Joint hier soir, M. Gautrin a soutenu qu'il a toujours l'intention de se présenter. «Si c'est leur volonté que je ne me présente pas, cela peut être leur volonté... Mais tant que ce n'est pas fait, ce n'est pas fait», a-t-il indiqué.

Sa circonscription est susceptible d'intéresser Jacques Daoust, ancien président d'Investissement Québec, qui habite à L'Île-des-Soeurs. Ce dernier n'a pu être joint, mais ses proches soutiennent qu'il est toujours en réflexion et qu'à 66 ans, il juge néanmoins «intéressante» la possibilité de se porter candidat pour le Parti libéral du Québec.

Les libéraux ont choisi de garder le secret au sujet de leurs candidats jusqu'au déclenchement des élections - les candidats «économiques» seront présentés en groupe, comme l'avait fait Jean Charest en 2003.

Plusieurs candidats au PQ

Du côté du Parti québécois (PQ), les candidatures se multiplient. Une prise importante: un vétéran du cabinet de Lucien Bouchard, Patrice Dallaire, briguera les suffrages dans Louis-Hébert contre le libéral Sam Hamad. Longtemps au Bureau du Québec à Moncton, il a aussi représenté la Caisse de dépôt en Chine. Depuis septembre 2012, il est sous-ministre au conseil exécutif, responsable des dossiers économiques.

Hier, le patron de Québecor, Pierre-Karl Péladeau, a finalement fait taire la rumeur voulant qu'il envisage de se porter candidat pour le PQ - plusieurs le voyaient dans Saint-Jérôme. «Je ne me présente pas aux élections», a-t-il laissé tomber, en marge d'une intervention à Lévis comme président du conseil d'administration d'Hydro-Québec.

Encore d'autres candidatures

Le Soleil a révélé hier la candidature de Dominique Payette, fille de Lise Payette, pour le PQ dans la circonscription de Charlesbourg. Elle fera face à Denise Trudel, députée de la Coalition avenir Québec, qui avait défait l'ancien recteur de l'Université Laval, le libéral Michel Pigeon. Mme Payette, qui enseigne le journalisme à l'Université Laval, abandonnerait donc, après quatre mois, le mandat qu'elle vient d'obtenir comme mairesse de Lac-Delage.

Un autre candidat connu pour le PQ, Jean Poirier, porte-parole syndical pour la firme Aveos, qui a fermé ses portes à Montréal il y a deux ans. M. Poirier, chef de cabinet adjoint d'Agnès Maltais, se présenterait dans Vimont. Il avait tenté sa chance, sans succès, aux élections de septembre 2012.

De plus, la comédienne Sophie Stanké se présentera pour le PQ dans Laporte, une circonscription de tradition libérale. La résidante de Greenfield Park travaillait dans une radio communautaire - elle a participé à des séries télévisées il y a plusieurs années.

Dans Trois Rivières, l'atterrissage de l'ancien journaliste Alexis Deschênes comme candidat péquiste a paru un moment compliqué. Les militants s'étaient vu imposer la candidature de Djemila Benhabib en septembre 2012. L'arrivée d'un nouveau parachuté a soulevé des critiques acerbes de la part de Guy Julien, l'ancien ministre péquiste de l'Agriculture. L'exécutif du PQ de Trois-Rivières s'est rallié derrière un candidat, soutenait hier soir le président Yves Rocheleau. La candidature de M. Deschênes sera confirmée aujourd'hui en conférence de presse.

Finalement, le doyen de l'Assemblée nationale, François Gendron, a confirmé qu'il se présenterait de nouveau aux prochaines élections. S'il est réélu pour la 11e fois, il dépassera le regretté Gérard D. Levesque, un libéral, comme l'élu ayant siégé le plus longtemps à l'Assemblée nationale.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer