Pétrole d'Anticosti: enfin, dit Legault; «loto pétrole» dit Couillard

Le chef de la CAQ François Legault... (Photothèque Le Soleil Erick Labbé)

Agrandir

Le chef de la CAQ François Legault

Photothèque Le Soleil Erick Labbé

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

La participation du gouvernement du Québec aux projets d'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti divise les partis d'opposition. Si le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s'exclame d'un «enfin!», le chef libéral Philippe Couillard reproche à la première ministre Pauline Marois de jouer à «Loto pétrole» avec l'argent des Québécois.

Les deux chefs des partis d'opposition se trouvaient à Montréal, vendredi, et ils ont été interrogés sur l'annonce faite jeudi par la première ministre Marois d'un investissement gouvernemental de 115 millions $ dans des projets privés d'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, avec un potentiel de 45 milliards $ en retombées sur 30 ans.

François Legault a dit croire que malgré les critiques des groupes écologistes, notamment, le projet reçoit un appui suffisant. «Les 240 habitants de l'île d'Anticosti sont d'accord avec l'exploration pétrolière, donc quand on parle d'acceptabilité sociale, je pense qu'il y a acceptabilité sociale à l'île d'Anticosti», a-t-il dit.

«On ne peut pas se permettre le luxe de ne pas explorer - et éventuellement exploiter - une source potentielle de revenus de plusieurs dizaines de milliards de dollars dans la situation économique qu'on a au Québec», a tranché M. Legault.

Le chef caquiste ne s'inquiète pas outre mesure du fait que l'on procède par fracturation hydraulique. «Si c'était Old Harry, dans la mer, ça pourrait peut-être poser des questions, qui sont possiblement solubles, mais quand on pense à l'exploration sur une île où il y a seulement 240 habitants, je pense que c'est tout à fait possible d'y aller par fracturation.»

De son côté, le chef libéral Philippe Couillard, tout en se disant favorable à l'exploitation des hydrocarbures, se montre plutôt critique envers le projet annoncé par Mme Marois.

«Mme Marois a décidé de jouer à Loto-pétrole avec l'argent des Québécois trop tôt», s'est exclamé M. Couillard.

Il estime qu'il aurait fallu laisser le projet avancer un peu plus loin, encore, avant de s'y engager. «Je me pose de grosses questions sur le risque. Comment le risque se partage-t-il entre le secteur privé et le contribuable. Il me semble qu'on fait entrer le contribuable sur le risque un peu trop tôt, avant qu'on ait plus de détails sur la capacité du projet d'être rentable», a critiqué le chef libéral.

À ses yeux, «il y avait de la place encore pour de l'investissement privé» avant d'y engager de l'argent public.

M. Couillard reproche finalement à Mme Marois d'avoir agi dans «l'improvisation» et l'électoralisme. «Le rendement électoral a été de loin préféré au rendement financier. C'est un gouvernement qui n'a pas le sens des affaires», a-t-il dit.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer