Charte: les libéraux entre la constitution et le tchador

De gauche à droite, le chef du Parti... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

De gauche à droite, le chef du Parti libéral Philippe Couillard, la députée libérale Fatima Houda-Pepin et le député libéral Marc Tanguay.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Charte de la laïcité

Actualité

Charte de la laïcité

Le gouvernement Marois a déposé son projet de Charte sur les «valeurs de laïcité» l'automne dernier. Le texte propose, entre autres, l'interdiction du voile intégral dans les services publics, des balises pour les accommodements raisonnables ainsi que la neutralité de l'État et l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires. Suivez les développements. »

(Québec) Le Parti libéral accuse le gouvernement péquiste de «volontairement» proposer une charte de la laïcité qu'il sait inconstitutionnelle, pour «bâtir sur la division» à des fins électorales, accuse son député Marc Tanguay. Mais il n'a pas été capable de dire si son parti accepterait qu'une éducatrice ou une gardienne de prison porte un tchador.

M. Tanguay soulignait que selon l'ancien ministre de la Justice Paul Bégin, le projet de charte est inconstitutionnel. Il faudrait donc utiliser la clause dérogatoire, ce que refuse de faire le gouvernement péquiste, qui assure que son projet passerait le test de la Cour suprême.

Mais le libéral a encore dû expliquer sa position sur le tchador. «On a eu l'occasion de donner notre position sur cette question. Le respect des droits et libertés, en 2014 au Québec, ça veut encore dire quelque chose», a-t-il d'abord répondu.

Serait-ce permis pour une enseignante ? «On aura l'occasion de démontrer l'importance au Québec de respecter les droits et libertés», a-t-il ajouté.

À la suite de la fronde de sa députée Fatima Houda-Pépin, le Parti libéral a réexaminé cette question. La réflexion se poursuit.

En interview avec La Presse, le député Gilles Ouimet a indiqué qu'il songeait à «baliser» le port de signes religieux, sans les interdire. Mme Houda-Pépin s'est en dissociée. Les libéraux sont contre le principe même de l'interdiction du port de signes religieux. Ils ne veulent pas donner de directive générale. Ils préfèrent donner des balises aux organismes, qui trancheraient ensuite au cas par cas. M. Tanguay n'a donc pas voulu répondre par oui ou non. Sa position est «très, très claire, assure-t-il. «Le gouvernement doit démontrer la justifiabilité». Or, le gouvernement péquiste n'a jamais déposé d'étude pour prouver que le port des signes religieux serait répandu et aurait suscité des plaintes, dénonce-t-il.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer