C'est jeudi que le ministre délégué à l'Identité, Bernard Drainville, déposera à l'Assemblée nationale son projet de loi sur la Charte des valeurs québécoises.

Mis à jour le 5 nov. 2013
Denis Lessard LA PRESSE

Déjà publiquement, le ministre Drainville a laissé entendre que Québec ne permettrait pas aux villes, universités et hôpitaux de se retirer de l'application de la Charte en ce qui concerne le port de signes religieux ostentatoires. Une période de transition sera prévue, on parle de cinq ou trois ans, mais une fois terminée, les institutions n'auraient plus le pouvoir de se retirer.

Aussi le ministre Drainville après la publication des avis reçus sur l'internet de la part de 26 000 personnes, avait indiqué que beaucoup souhaitaient le retrait du crucifix du Salon bleu de l'Assemblée nationale.

Le projet de loi une fois déposé sera soumis à la discussion dans le cadre d'une consultation en commission parlementaire à l'Assemblée nationale, avait indiqué la première ministre Pauline Marois.

Récemment, deux commentateurs proches du PQ, Bernard Landry et l'ex-ministre Joseph Facal, ont suggéré que l'on parle de «charte de la laïcité» plutôt que de charte des valeurs.