Source ID:; App Source:

«Le crucifix est là pour rester», assure Drainville

La Charte des valeurs québécoises n'obligera pas l'Assemblée... (Photo d'archives La Presse canadienne)

Agrandir

La Charte des valeurs québécoises n'obligera pas l'Assemblée nationale de retirer le crucifix de l'Assemblée législative.

Photo d'archives La Presse canadienne

La Charte des valeurs québécoises, qui sera déposée la semaine prochaine à l'Assemblée nationale, définira l'importance de l'égalité homme femme, la laïcité de l'État, mais aussi la neutralité religieuse que doivent maintenir tous les employés de la fonction publique, qui ne pourront plus porter de signes religieux.

C'est ce qu'a expliqué le député de Marie-Victorin, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, et Président du comité ministériel de l'identité, Bernard Drainville, lors d'une longue entrevue accordée mardi soir à Radio-Canada. 

Abordant souvent la question de l'égalité homme femme, M. Drainville a été questionné si le climat social actuel au Québec nécessitait l'urgence de légiférer sur la question. 

«La moindre des choses est que l'État dise à ses concitoyens que peu importe leurs origines, religions ou croyances, ils ont droit au même respect et aux mêmes droits. La meilleure façon de protéger le droit à l'égalité est par la neutralité. La meilleure façon de respecter le droit à toutes les religions est que l'État n'ait pas de religion», a défendu le ministre Drainville.

Ainsi, selon ce principe qui serait inscrit dans la Charte des valeurs québécoises, les employés de la fonction publique - comme les professeurs ou le personnel hospitalier - ne pourront plus arborer de signes religieux dans leur milieu de travail. 

«Quand tu travailles pour l'État, ce n'est pas un droit, c'est un choix. Et avec ce choix viennent des responsabilités. Et l'une de ces responsabilités, c'est d'être neutre», a dit M. Drainville sur les ondes de Radio-Canada. 

Selon lui, légiférer ainsi n'est que la continuité des choix qui ont été faits dans la province lors de la Révolution tranquille dans les années 1960. 

«Nous avons décidé de séparer l'État du religieux. Dans le système de la santé ou en éducation, les religieux ont accepté de revêtir des tenues laïques. (...) Si ce choix était bon pour les catholiques, pourquoi ne serait-il pas bon pour toutes les religions cinquante ans plus tard?», a questionné le député de Marie-Victorin. 

La Charte des valeurs québécoises, dont les détails seront rendus publics la semaine prochaine, n'obligera toutefois pas l'Assemblée nationale de retirer le crucifix de l'Assemblée législative.

«Le crucifix est là pour rester, c'est le choix de notre gouvernement. On ne tournera pas le dos sur notre patrimoine, sur notre passé», a-t-il dit.




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer