Des jeunes libéraux veulent repousser l'heure de fermeture des bars à 5 h 30 les vendredis et samedis, sous certaines conditions.

Mis à jour le 10 août 2013
TOMMY CHOUINARD LA PRESSE

C'est l'une des 18 propositions régionales qui seront débattues cette fin de semaine au congrès de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec. Ces propositions ont été dévoilées samedi et s'ajoutent aux 59 autres portant sur la justice sociale, le thème du congrès.

Dans sa proposition, la commission politique jeune de Montréal explique que fixer le last-call à 5 h 30 au lieu de 3 h permettrait de «rentabiliser davantage l'industrie du divertissement nocturne, dans un souci de développement du tourisme».

Londres et New York ont prolongé les heures d'ouverture des bars, «et ça a été une super réussite pour le tourisme», a affirmé Marie-Pascale Des Rosier, membre de la commission.

Selon elle, la mesure permettrait une «sortie plus progressive» des bars et pourrait prévenir les «bagarres». À 5 h 30, la fermeture des bars coïnciderait avec l'ouverture du métro, a-t-elle ajouté.

La commission précise dans sa résolution que «l'industrie du divertissement nocturne est de moins en moins associée à un monde immoral, dangereux et marginal, comme elle était perçue dans le passé». «Au contraire, cette industrie est dorénavant considérée comme légitime et profitable. Elle améliore l'image de la ville dans un environnement urbain, animé et cosmopolite».

La prolongation des heures d'ouverture serait permise sous certaines conditions et d'abord autorisée lors des «périodes de forte affluence touristique». Il faudrait «moduler» ces heures «en fonction des quartiers et en fonction de l'achalandage».

L'ancien ministre de la Santé, Yves Bolduc, s'est montré réticent à l'idée. «Il faut quand même faire attention, parce que si les heures de bars perdurent dans le temps, les gens sortent plus longtemps, ça fait plus de chances de consommer de l'alcool. Il faut prendre le temps de discuter, mais c'est certain qu'il faut un contrôle au niveau de la consommation d'alcool. Car vous savez les effets au niveau des accidents, au niveau de la maladie, au niveau des problèmes familiaux», a-t-il expliqué.

Son collègue Robert Poëti, ancien policier, s'est montré à peine plus ouvert. «Cette idée pourrait paraître, dans une première approche, surprenante. On se dit: «mon Dieu, ils vont être plus longtemps à sortir et vont consommer davantage d'alcool». Ça permet aussi parfois l'inverse, c'est-à-dire que des gens qui auraient consommé en début de nuit, 1 h ou 2 h du matin, pourraient prendre un peu de temps avant de quitter. L'idée doit être discutée. D'emblée, je ne m'y oppose, je n'ai pas d'objection à en parler», a-t-il affirmé.

Le chef Philippe Couillard n'a pas voulu se prononcer sur la question. Il a par contre salué une autre proposition visant à baisser les impôts des familles à revenus modestes qui sont pénalisées par le régime fiscal actuel. L'idée fera partie de la «réforme majeure de la fiscalité» qu'il a promise lors de la campagne à la direction du parti.