Source ID:; App Source:
Exclusif

Printemps érable: qui étaient les manifestants?

Des manifestants dans les rues du centre-ville le... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Des manifestants dans les rues du centre-ville le 22 mars 2012.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Marie-Michèle Sioui
La Presse

Plus de la moitié (55%) des étudiants montréalais qui ont participé aux manifestations contre la hausse des droits de scolarité se sont sentis menacés par les policiers pendant le printemps érable. À l'inverse, ils ont été 95% à éprouver un «sentiment d'appartenance à une communauté» au contact des autres manifestants, révèle une étude menée par quatre professeures de la métropole au lendemain des dernières élections provinciales.

Malgré le sentiment de danger, seule une poignée des 15 491 étudiants de l'Université de Montréal, de McGill et de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) qui ont participé au sondage mené en septembre 2012 ont rapporté avoir reçu une amende (3%) ou avoir été arrêtés (4%).

«On ne peut pas extrapoler et dire que les policiers étaient violents», observe l'une des auteures de l'étude, Eva Falk Pedersen, qui fait une maîtrise en science politique à McGill.

À propos du sentiment d'appartenance quasi unanime, la chercheuse avance que les motifs des manifestants n'étaient pas uniquement matériels. «La décision de manifester était en partie justifiée par l'intérêt collectif», analyse-t-elle. À preuve, elle souligne que les chances de participer à une manifestation étaient deux fois plus élevées chez une personne dont la situation économique familiale était considérée comme «au-delà de la moyenne».

«En plus de contredire l'argument de l'intérêt personnel, cette donnée conforte les conclusions de plusieurs études qui veulent que les ressources socioéconomiques influencent grandement la participation politique», lit-on dans l'étude Maple Spring Up Close: The Role of Self-Interest and Socio-Economic Resources for Youth Protest.

Malgré les sorties dans les rues, les étudiants vivant avec leur famille, si celle-ci était dotée de bons moyens financiers, appuyaient en plus grand nombre l'augmentation des droits de scolarité que les étudiants endettés qui vivaient en appartement. Au final, il semble donc que la participation aux manifestations ne dépendait «pas seulement de l'opinion d'un étudiant sur le sujet, mais également de sa réalité socioéconomique», note l'étude.

Les étudiants de McGill étaient les moins opposés à la hausse, tandis que ceux de l'UQAM l'étaient le plus. Les premiers ont pris part aux manifestations dans une proportion de 23%, tandis que 55% des uqamiens ont pris la rue au moins une fois. À l'Université de Montréal, 48% des répondants ont dit avoir manifesté.

Intentions de vote

Le Parti québécois (PQ) s'est révélé être le parti préféré de l'échantillon étudiant - 34% des répondants ont indiqué avoir voté pour ce parti aux élections du 4 septembre. Alors que 25% des étudiants contre la grève ont voté pour le PQ, 40% des étudiants en faveur de la grève ont voté pour le PQ. L'étude explique cette situation par la «position de centre» qu'a pris ce parti dans le débat.

«Clairement, les opposants à la grève ont eu plus tendance à voter pour le Parti libéral, la Coalition avenir Québec ou le PQ» que pour les plus petits partis, indique également le sondage, qui a chiffré à 30% l'appui aux libéraux de la part des électeurs qui étaient contre la grève.

Quatre-vingts pour cent des répondants qui ont voté pour Québec solidaire ont pris part à des manifestations, alors que cette proportion s'établit à 75% chez les électeurs d'Option nationale. Les deux partis s'étaient affichés en faveur de la gratuité scolaire. «Nos résultats démontrent que des enjeux qui sont relativement nouveaux, actuels et saillants peuvent intervenir dans le choix de vote d'un groupe particulier pour lequel ces enjeux sont particulièrement pertinents», conclut le document, qui sera publié en septembre.

Au total, 65% des répondants du sondage étaient âgés de 18 à 25 ans, tandis que 66% des sondés étaient des femmes. Outre Eva Falk Petersen, les chercheuses Dietlind Stolle, de McGill, Allison Harell, de l'UQAM, et Pascale Dufour, de l'Université de Montréal, ont écrit l'étude.

Le Service de police de la Ville de Montréal n'a pas voulu commenter les résultats du sondage.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer