Source ID:; App Source:

Fêtes religieuses: la communauté juive n'appuie pas le PLQ

Après le B'nai Brith, c'est maintenant au tour du Centre consultatif des... (Archives AFP)

Agrandir

Archives AFP

(Québec) Après le B'nai Brith, c'est maintenant au tour du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CERJI) de ne pas appuyer la position du Parti libéral au sujet de conflits entre le calendrier électoral et des événements comme des fêtes religieuses.

Le CERJI s'en est tenu à une déclaration écrite laconique. «Nous comprenons que les partis sont en discussion dans le but de trouver une solution mutuellement satisfaisante. Nous continuerons d'observer l'évolution de leur discussion», a simplement fait savoir son vice-président pour le Québec, Me Luciano G. Del Negro.

La semaine dernière, le Parti libéral disait continuer d'appuyer le projet de loi péquiste pour instituer des élections à date fixe. La date choisie par le gouvernement: le premier lundi en octobre, quatre ans après la dernière élection. Mais les libéraux ont constaté qu'en 2016, cette date coïnciderait avec le nouvel An juif. Ils ont utilisé cet exemple pour réclamer que la date des élections puisse être déplacée si elle coïncide avec un «événement culturel» ou religieux important. La moitié des législations canadiennes avec des élections à date fixe prévoient une disposition similaire. Or, le B'nai Brith ne juge pas cela nécessaire. «Si les gens peuvent utiliser le vote par anticipation, ça nous va», explique sa porte-parole Anna Ahronheim. Personne au Parti libéral (PLQ) n'a appelé son groupe pour connaître leur opinion, ajoute-t-elle.

Le ministre délégué aux Institutions démocratiques, Bernard Drainville, se demande si les libéraux cherchent un «prétexte» pour refuser d'appuyer son projet de loi. Leur appui est nécessaire, car selon les conventions, il faut un large consensus pour modifier la loi électorale. M. Drainville veut que sa loi soit adoptée d'ici à vendredi, date de la fin des travaux parlementaires.

Le libéral Robert Dutil ne comprend pas «l'urgence» de passer au vote rapidement. Il veut prendre le temps pour poursuivre cet automne si nécessaire l'étude du projet de loi. «Il ne prend pas son gaz égal. Je ne comprends pas pourquoi il veut nous passer ça au travers de la gorge, ni son urgence à vouloir se chicaner, mais c'est son style», lance-t-il.

Les libéraux soutiennent vouloir s'inspirer de provinces comme l'Ontario qui autorise son Directeur général des élections (DGE) à demander un changement de date pour favoriser la participation. Or, le DGE du Québec a indiqué en commission parlementaire qu'il ne souhaitait pas hériter de cette patate chaude. La décision serait trop arbitraire selon lui, et relèverait davantage du politique.

M. Dutil rappelle que dans la première mouture du projet de loi, on prévoyait que le DGE pouvait demander de reporter les élections de deux semaines, «notamment» si elles coïncidaient avec la tenue d'une élection municipale ou fédérale. Les campagnes électorales se chevaucheraient néanmoins. M. Drainville a donc amendé le projet de loi pour reporter plutôt l'élection de six mois. Mais il a aussi retiré le «notamment». Or, ce terme permettait de prévoir d'autres exceptions, comme les fêtes religieuses. Les  libéraux affirment ainsi que leur position respecterait la première mouture du projet de loi, celle à laquelle ils ont donné leur accord à la fin mars.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer