Les groupes qui défendent les plus démunis se disent consternés devant certaines compressions annoncées jeudi par le gouvernement péquiste, particulièrement dans l'aide sociale et l'aide à l'emploi.

Lia Lévesque LA PRESSE CANADIENNE

Le Front commun des personnes assistées sociales ne comprend pas comment le gouvernement peut justifier la compression budgétaire de 51 millions de dollars en affirmant qu'il y a moins de prestataires de l'aide sociale, puisque les resserrements à l'assurance emploi vont justement accroître prochainement le nombre de prestataires de l'aide sociale, avance la porte-parole du Front, Amélie Châteauneuf.

Au Front d'action populaire en réaménagement urbain, le coordonnateur François Saillant a découvert dans les crédits des ministères et organismes déposés jeudi que la Société d'habitation du Québec (SHQ) disposera elle aussi d'un budget amputé de 56 millions de dollars.

Il craint que la SHQ n'ait ainsi plus de marge de manoeuvre pour intervenir, en cas de difficulté, comme lors de la crise du logement du 1er juillet.

M. Saillant souligne que les mesures d'aide à l'emploi seront également dégarnies de 55 millions alors qu'il est justement connu que l'emploi est l'une des meilleures façons de se sortir de la pauvreté.