Le Parti libéral (PLQ) accuse le gouvernement Marois d'utiliser la plus récente étude de Statistique Canada pour «alimenter les divisions et repartir en guerre linguistique».

Tommy Chouinard LA PRESSE

Le gouvernement Marois a soutenu mercredi que le recul du français à Montréal doit être combattu par le renforcement de la loi 101.

Selon le député libéral Marc Tanguay, porte-parole en matière linguistique, l'étude montre que la défense du français est un «défi», qu'il faut «rester vigilant». Mais adopter une nouvelle loi 101 comme l'a promis le Parti québécois (PQ) n'est pas nécessaire à ses yeux.

Le PLQ s'oppose à l'engagement du PQ d'assujettir les cégeps et les entreprises de 11 à 49 employés à la Charte de la langue française.

Marc Tanguay voit une bonne nouvelle dans l'étude de Statistique Canada: la proportion des personnes de langue maternelle autre que le français et l'anglais qui parlent le français à la maison est passée de 20,4% en 2001 à 24,1% en 2011.