Source ID:; App Source:

Stratégie électorale du PLQ: l'économie contre un référendum et la rue

Jean Charest, premier ministre du Québec.... (Photo PC)

Agrandir

Jean Charest, premier ministre du Québec.

Photo PC

(Québec) «Voter pour le PQ, c'est voter pour la rue!» Tel est le leitmotiv lancé par Jean Charest, la semaine dernière, lors d'une rencontre à huis clos avec l'ensemble du personnel politique du gouvernement. À larges traits, il a alors brossé le tableau d'une campagne électorale au cours de laquelle le Parti libéral (PLQ) proposera «stabilité, développement économique et emploi», ont confirmé à La Presse des sources présentes à la réunion.

Derrière des portes closes, M. Charest a relevé que son parti devait «profiter de la division du vote entre les souverainistes», une chance inespérée pour les libéraux, selon lui. «On n'est pas là pour un quatrième mandat, on est là pour un nouveau mandat», a-t-il insisté aussi, ont confirmé des personnes présentes à la réunion au Palais Montcalm, à quelques pas du parlement, mercredi dernier.

Présentation

Cette stratégie qui consiste à mettre en opposition la stabilité et «un référendum et la rue», l'étiquette que les libéraux veulent accoler au Parti québécois (PQ), figure aussi dans une page d'une présentation PowerPoint que le PLQ a faite à cette réunion. Brandi à l'Assemblée nationale par le député péquiste Stéphane Bédard, l'extrait du document formule le choix devant lequel les électeurs se trouveront, une fois dans l'isoloir: «Qui est le plus compétent et présente la meilleure équipe pour gérer l'économie dans une période de très grande incertitude économique? Jean Charest et l'équipe libérale avec le Plan Nord et la création d'emplois? (Ou) Pauline Marois et le PQ avec un référendum et la rue?»

«Voter pour le PQ, c'est voter... (Photo tirée du PowerPoint obtenu par le PQ) - image 2.0

Agrandir

Photo tirée du PowerPoint obtenu par le PQ

«Le régime libéral instrumentalise la crise à des fins partisanes, a dit Pauline Marois à l'Assemblée nationale. Si le Québec s'enlise, si le premier ministre refuse de régler le conflit, c'est parce que ça fait son affaire, c'est parce que ça fait partie de sa stratégie électorale, de son plan de campagne. Le régime libéral est prêt à tout pour tenter de faire oublier son bilan.» Pour cette stratégie, «il a besoin que les Québécois soient dans la rue pour y opposer sa vision de la loi et de l'ordre. Mais à quel prix pour le Québec? Il faut voir les tensions, la hargne que cela génère dans la société», a accusé Mme Marois.

Selon Stéphane Bédard, M. Charest va sciemment maintenir le «désordre».

«Ça prend des gens dans la rue parce que s'il n'y a plus personne dans la rue, il n'y a plus de stratégie électorale», a tonné le leader parlementaire du PQ devant un Jean Charest furieux.

Agacement

Clairement agacé par la fuite, M. Charest a insisté, à l'entrée du Conseil des ministres: il n'a jamais cherché à laisser traîner le conflit étudiant à des fins électorales. Mais il semble que le document reflète bien la question que les électeurs devraient selon lui se poser. «Mme Marois, c'est la rue», a-t-il laissé tomber. Son porte-parole Hugo d'Amours a confirmé que la page était bien tirée de la présentation, qui en comptait une cinquantaine. «Cela ne dit pas ce que prétend le PQ, et il n'y a rien là que M. Charest n'a pas dit publiquement» a-t-il dit.

Le PQ visé, la CAQ presque ignorée

Cette cinquième campagne électorale sera difficile pour le premier ministre. «Je suis conscient que ce sera la plus dure campagne», a laissé tomber M. Charest selon nos sources.

Devant les troupes, à huis clos, M. Charest a aussi indiqué que la campagne libérale mettrait en relief le passé du Parti québécois. L'Ontarien Dalton McGuinty avait adopté cette recette pour défaire les conservateurs de Mike Harris. En Saskatchewan, la même stratégie avait obtenu du succès. Même s'il a insisté sur l'importance de ne pas sous-estimer l'adversaire, Jean Charest a signalé qu'il ne s'attaquerait à la Coalition avenir Québec qu'en cas de nécessité - les canons seront d'abord tournés vers le PQ. De ce côté, le vote souverainiste paraît si divisé que les libéraux imaginent même obtenir un mandat majoritaire.

Élections rapides

Les gens présents au Palais Montcalm ont clairement reçu le message que M. Charest souhaitait déclencher la campagne électorale rapidement, à la mi-août, même s'il ne l'a pas dit formellement. Il n'a pas précisé de menu législatif pour l'automne, mais a donné la date, théorique, de rentrée parlementaire à l'automne, le 18 septembre, jetant un bien léger doute sur son intention de déclencher une campagne en août. La présentation, il ne faut pas l'oublier, a été faite avant que le PLQ ne morde la poussière dans Argenteuil, lundi, résultat clairement inattendu chez les libéraux.

À huis clos, un organisateur, Karl Blackburn, directeur général du PLQ, a précisé qu'il était difficile d'imprimer le matériel de campagne - affiches, panneaux et dépliants - pendant les vacances de la construction et qu'une partie du travail devrait être réalisée avant. On souligne aussi qu'une des principales faiblesses du PLQ - outre la tentative d'obtenir un quatrième mandat - était sa méconnaissance des médias sociaux. La campagne libérale se veut très ciblée sur les circonscriptions où le parti estime avoir des chances de l'emporter.




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer