Les adéquistes ne se bousculent pas pour voter sur la fusion de leur parti avec la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault. Seulement 12 des 954 membres de l'Action démocratique du Québec (ADQ) dont la carte était échue depuis le 13 septembre ont renouvelé leur adhésion pour avoir le droit de vote.

Mis à jour le 10 janv. 2012
Tommy Chouinard LA PRESSE

Ces 12 renouvellements portent à 2533 le nombre de membres de l'ADQ habiles à voter.

Selon ses règles de consultation, l'ADQ a réservé le vote aux membres dont l'inscription était en règle au 13 décembre, date à laquelle une entente de principe est intervenue avec la CAQ. Ceux dont la carte était échue depuis moins de 90 jours avaient jusqu'au 30 décembre pour renouveler leur adhésion. Cette règle concernait 954 personnes.

Or seulement 12 d'entre elles ont décidé de renouveler leur adhésion, d'après l'information transmise à La Presse lundi. «Ce n'est pas beaucoup», a reconnu le responsable des communications de l'ADQ, Guy Therrien. Celui-ci avance que certains des 954 adéquistes en cause ont peut-être déjà adhéré à la CAQ et ne voulaient donc pas reprendre une carte de membre de l'ADQ. Il ne croit pas que cela laisse présager un faible taux de participation au vote postal qui se déroule jusqu'au 19 janvier.

Dans une entrevue à La Presse publiée lundi, Gérard Deltell a dit qu'il ne craignait pas que les adéquistes se désintéressent de la consultation. Il a lancé un appel au vote tout en plaidant pour la fusion.

Le président de la commission politique de l'ADQ, Claude Garcia, opposé à la fusion, estime que cette sortie de M. Deltell et la lettre ouverte que le cofondateur Jean Allaire a publiée samedi prouvent qu'«ils ne s'attendaient pas à ce qu'on monte une opposition aussi forte à cette entente».

Par ailleurs, l'ADQ a dévoilé hier la question à laquelle doivent répondre ses membres: «Êtes-vous en faveur de l'entente de principe intervenue entre l'Action démocratique du Québec et la Coalition avenir Québec en vue de leur fusion?»