Quatre ans après que le gouvernement Charest en eut fait la demande, l'État québécois est enfin propriétaire des terrains de l'Assemblée nationale qui appartenaient au gouvernement fédéral.

LE SOLEIL

De fait, Ottawa a cédé trois des cinq lots réclamés par Québec. «Au moins, la symbolique des statues, des terrains autour du parlement, c'est réglé», a indiqué vendredi le ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, Claude Béchard.

Ottawa a cédé deux lots sur lesquels sont érigées la statue de Robert Bourassa et celle de René Lévesque, ainsi qu'un troisième sur lequel repose la fontaine de Tourny.

Ces terrains étaient loués au gouvernement fédéral depuis 1881.

Deux lots, situés de l'autre côté de l'avenue Honoré-Mercier et bordant les fortifications, demeurent la propriété d'Ottawa, qui a refusé de les donner au gouvernement québécois.

Dans un discours prononcé à Québec le 24 juin 2009, le premier ministre Stephen Harper s'était engagé à rétrocéder les terrains devant le parlement, ce que l'Assemblée nationale avait réclamé dans une motion adoptée un mois plus tôt. Claude Béchard avait toutefois insisté pour obtenir les deux lots supplémentaires, ce qui a retardé la conclusion de l'entente. «Il reste les deux autres, sur lesquels on travaille encore», a-t-il dit hier.