Source ID:fea83e8f-b31c-4faa-938e-bb01a69839a8; App Source:alfamedia
Exclusif

Les conservateurs veulent ravir la Beauce à Maxime Bernier

Joël-Denis Bellavance
La Presse

(Ottawa) À 12 mois des prochaines élections fédérales, le Parti conservateur déploie déjà des efforts pour être en mesure de déloger Maxime Bernier dans sa propre circonscription et s'assurer que le nouveau parti politique qu'il a récemment fondé, le Parti populaire du Canada (PPC), demeure une aventure de courte durée.

La bataille qui se dessine à l'horizon entre les troupes d'Andrew Scheer et Maxime Bernier en Beauce, la circonscription qu'il détient depuis 2006, pourrait d'ailleurs être l'une des plus suivies au pays l'an prochain.

En août, M. Bernier a claqué la porte du Parti conservateur pour fonder sa propre formation politique après être venu à un cheveu de remporter la course à la direction, au printemps 2017. Dans une virulente sortie, il a accusé les conservateurs d'être une pâle imitation des libéraux de Justin Trudeau en voulant notamment conserver le système de gestion de l'offre pour les produits laitiers, les oeufs et la volaille.

Richard Lehoux courtisé

Depuis quelques semaines, les conservateurs courtisent un ancien poids lourd du monde municipal en Beauce afin de défaire Maxime Bernier dans sa circonscription. Selon des informations obtenues par La Presse, Richard Lehoux, qui a été maire de Saint-Elzéar, en Beauce, pendant 19 ans avant de tirer sa révérence en novembre 2017 et qui a aussi été président de la Fédération québécoise des municipalités du Québec, est pressenti pour porter la bannière du Parti conservateur aux élections prévues en octobre 2019.

«Il est en réflexion présentement», affirme Stéphanie Labbé, présidente de l'association du Parti conservateur de la circonscription de Beauce, à propos de Richard Lehoux.

Mme Labbé précise que les personnes qui souhaitent briguer les suffrages pour le Parti conservateur ont jusqu'au samedi 26 octobre pour se manifester.

À la mi-septembre, M. Lehoux a assisté à l'assemblée générale de l'association conservatrice de Beauce durant laquelle un nouvel exécutif a été élu dans la foulée du départ de Maxime Bernier et de certains membres de l'exécutif. M. Lehoux a alors exprimé le souhait «de mettre en place une équipe forte pour la prochaine élection», a rapporté Beauce Média sur son site internet.

Quelques défections

À l'heure actuelle, l'association du Parti conservateur de la circonscription de Beauce compte quelque 327 membres. «Quelques-uns sont partis avec M. Bernier qui étaient là aussi parce que ce sont des amis ou des membres de la famille», a dit Mme Labbé, qui affirme ne pas avoir parlé avec M. Bernier depuis «un certain bout».

Mme Labbé, qui était aux côtés de Maxime Bernier lors des élections de 2015, a refusé de quitter le Parti conservateur pour donner un coup de pouce au député de Beauce dans la création de sa nouvelle formation politique, qui ne recueille que 1,4% des intentions de vote au pays, selon le dernier coup de sonde dévoilé par la firme Nanos hier.

«Disons que ce qu'il propose ne reflète pas vraiment mes valeurs. C'est pour ça que je ne l'ai pas suivi.»

«M. Lehoux est en réflexion. C'est certain que nous serions super heureux s'il se présentait. C'est une bonne personne et ce serait un bon candidat pour le parti aussi. Il serait en mesure de bien se frotter à M. Bernier», a indiqué Mme Labbé, qui n'a pas appuyé M. Bernier durant la course à la direction en raison de la croisade qu'il mène contre la gestion de l'offre. «Mon conjoint est agriculteur», a-t-elle précisé.

Elle a toutefois souligné qu'il n'existait pas d'animosité entre elle et M. Bernier. «C'est quelqu'un que je respecte beaucoup et c'est lui qui m'a donné ma chance. Il est venu me chercher au départ et il m'a tout appris. Je sais comment faire une campagne électorale», a-t-elle dit.

Les Beaucerons, «pas des libertariens»

Claude Morin, maire de Saint-Georges, principale ville de la circonscription de Beauce, se réjouit à l'idée de voir Richard Lehoux porter les couleurs du Parti conservateur.

«La force de Richard, c'est qu'il connaît très bien le monde municipal. Il connaît nos besoins. Il connaît les projets dans la Beauce. Il va faire un très bon candidat s'il y va. Je vais probablement l'appuyer. Il a une bonne réputation dans le comté. Il connaît la machine électorale. Il pourrait faire la vie dure à Maxime Bernier. Les Beaucerons, par nature, ne sont pas des libertariens. Nous, on aime les gens d'équipe», a-t-il dit.

Le lieutenant politique d'Andrew Scheer au Québec, le député de Richmond-Arthabaska Alain Rayes, est lui-même issu du monde municipal. La semaine dernière, il s'est rendu à Rouyn-Noranda afin d'annoncer que l'ex-maire de cette ville, Mario Provencher, porterait les couleurs du Parti conservateur dans Abitibi-Témiscamingue au prochain scrutin.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer