Source ID:; App Source:

Maxime Bernier lance le Parti populaire du Canada

(Ottawa) La nouvelle formation politique de droite que veut diriger le député de Beauce Maxime Bernier aux prochaines élections s'appellera le Parti populaire du Canada (PPC).

Trois semaines après avoir claqué la porte du Parti conservateur, M. Bernier jette donc les premières bases d'un parti politique qui devrait aussi subir ses premiers tests durant les élections partielles à venir sur la scène fédérale, notamment Outremont au Québec, et Leeds-Grenville-Thousand Islands, en Ontario.

« Pourquoi ce nom ? Parce qu'il est temps que le gouvernement accorde la priorité aux Canadiens ordinaires lorsqu'ils prennent des décisions et établissent des politiques. Il est temps de remettre le pouvoir entre les mains des gens », a dit M. Bernier au cours d'une conférence de presse vendredi.

« Pendant trop longtemps, la politique canadienne a été prise en otage par des groupes de pression, des cartels, des lobbies, des organisations internationales, par les intérêts d'entreprises ou de syndicats et les intérêts de politiciens et bureaucrates d'Ottawa, déconnectés des citoyens ordinaires », a ajouté M. Bernier, dont la nouvelle formation politique compte présenter un candidat dans chacune des 338 circonscriptions au pays aux élections prévues en octobre 2019.

M. Bernier, qui a vertement dénoncé son ancienne formation politique en la qualifiant de corrompue sur le plan moral et intellectuel, a dit avoir reçu des milliers de messages d'appuis au cours des dernières semaines et avoir recueilli 140 000 $ en dons.

Devant les journalistes, le chef du PPC a promis de brasser la cage au cours des 12 prochains mois, mettant de côté la rectitude politique et les tabous auxquels a recours, selon lui, l'ensemble de la classe politique à Ottawa pour plaire à divers segments de l'électorat.

Il promet aussi un débat vigoureux sur l'immigration au pays, se disant en faveur d'accueillir davantage d'immigrants économiques et de réduire le nombre de réfugiés qui entrent au pays ainsi que le nombre d'immigrants qui sont admis dans le cadre du programme de réunification des familles.

« Je prône une immigration qui va très bien s'intégrer au Canada, qui va être basée sur les besoins économiques du Canada. J'ai dit durant la course au leadership que l'on devrait revenir à la moyenne des cinq dernières années sous le gouvernement Harper. C'est un chiffre que j'avais lancé, mais je veux faire le débat avec les Canadiens ».

Malgré le défi immense qu'il l'attend - la création d'un parti politique à 12 mois du prochain scrutin n'est pas une mince affaire - le député de Beauce a dit qu'il utilisera à profusion les outils qui n'existaient pas dans le passé, par exemple, quand le Parti réformiste a été lancé dans les années 1980 par Preston Manning : les médias sociaux.

Il dit défendre le « populisme intelligent » et rejette les comparaisons avec les Donald Trump ou Doug Ford de ce monde.

« Nous sommes un parti qui est quand même une coalition - une coalition de gens qui sont désabusés des politiciens traditionnels qui disent une chose un jour et le contraire le lendemain. Nous faisons de la politique de façon authentique et nous avons le courage de nos convictions. Il y a des débats qui doivent se faire au Canada et nous allons les faire », a-t-il affirmé.

Il a de nouveau dénoncé le système de gestion de l'offre pour le lait, les oeufs et la volaille - son principal cheval de bataille durant la course au leadership du Parti conservateur qu'il a perdue de peu au profit d'Andrew Scheer au 13e et dernier tour.

« Personne ne parle au nom de tous les Canadiens. Personne ne parle pour les gens ordinaires. Le Parti populaire du Canada se battra pour les mêmes valeurs fondamentales que celles que j'ai présentées durant ma campagne à la chefferie l'an dernier : la liberté et la responsabilité individuelles, l'équité et le respect », a-t-il affirmé.

« Nous ne croyons pas que l'intervention de l'État soit une solution à tout. Le gouvernement ne devrait pas intervenir pour résoudre chaque problème selon une vision utopique et irréaliste de la société », a-t-il ajouté.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer