Source ID:8fb45a72-23ab-441e-a7c5-c69701a9f636; App Source:alfamedia

Le PLC à la recherche de nouveaux sièges au Québec

Soraya Martinez Ferrada, ancienne conseillère principale de la ministre Mélanie... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Soraya Martinez Ferrada, ancienne conseillère principale de la ministre Mélanie Joly, a l'intention de briguer l'investiture libérale dans la circonscription d'Hochelaga.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Joël-Denis Bellavance
La Presse

(Ottawa) Alors que les libéraux de Justin Trudeau croient que l'obtention d'un deuxième mandat majoritaire en octobre 2019 passe largement par des gains au Québec, les candidats qui souhaitent porter la bannière libérale dans la Belle Province commencent à manifester leur intérêt.

C'est notamment le cas de Soraya Martinez Ferrada, qui était jusqu'à tout récemment conseillère principale de la ministre du Patrimoine Mélanie Joly et qui a aussi été conseillère de la ville à Montréal de 2005 à 2009. selon des informations obtenues par La Presse, Mme Martinez a quitté la capitale fédérale afin de briguer l'investiture libérale dans la circonscription d'Hochelaga, représentée à la Chambre des communes par la députée néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet depuis 2011.

Mme Martinez Ferrada - qui a aussi été chef de cabinet de Louise Harel de 2011 à 2013, alors que cette dernière était chef de l'opposition officielle à la Ville de Montréal, et qui a été directrice générale de Vision Montréal de 2009 à 2011 - a décidé de quitter ses fonctions au bureau de la ministre Joly même si la date de l'investiture libérale n'a pas encore été annoncée.

Même si elles avaient été adversaires sur la scène municipale, quand Mélanie Joly a brigué la mairie de Montréal en 2013, Mme Martinez Ferrada a rapidement clos ce chapitre en acceptant d'organiser la campagne à l'investiture de Mme Joly en 2015 ainsi que sa campagne victorieuse à l'élection fédérale qui a eu lieu la même année.

«Une fille de la loi 101»

Jointe hier, Mme Martinez Ferrada a dit avoir quitté son poste au bureau de la ministre du Patrimoine pour démontrer son engagement envers cette circonscription de l'est de Montréal. «Je suis une fille qui a immigré au Canada au début des années 80. Je suis une fille de la loi 101. Je me suis installée dans l'Est et j'ai toujours été engagée dans le communautaire, social et culturel dans l'Est. J'ai aussi été élue au municipal dans ce coin de la ville. C'est donc un réengagement public dans la sphère politique. Choisir un comté comme Hochelaga, c'est un prolongement naturel de mon engagement dans l'Est», a-t-elle indiqué.

À l'heure actuelle, les libéraux de Justin Trudeau détiennent 40 des 78 sièges que compte le Québec à la Chambre des communes. Le NPD détient 16 sièges, le Parti conservateur, 11, le Bloc québécois, 3, et le Groupe parlementaire québécois, formé d'anciens députés bloquistes qui réclamaient la démission de la chef du Bloc Martine Ouellet, compte 7 sièges. Une élection partielle dans la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord, devenue vacante en novembre après la démission du député libéral Denis Lemieux, doit avoir lieu le 18 juin.

Si les libéraux de Justin Trudeau croient être en mesure de faire des gains au Québec afin de compenser les pertes qu'ils envisagent ailleurs au pays, notamment dans les provinces atlantiques et en Colombie-Britannique, les conservateurs veulent freiner leur élan en tentant d'arracher la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord le 18 juin. Selon nos informations, l'ancien chef du Bloc québécois Michel Gauthier, qui a rejoint les rangs du Parti conservateur il y a 10 jours, ira faire campagne en compagnie du candidat conservateur Richard Martel, lundi et mardi de la semaine prochaine. Les conservateurs d'Andrew Scheer pourraient causer la surprise dans cette circonscription et tirer profit de la zizanie au sein du Bloc québécois.

***

Règles de sélection du PLC

Le Parti libéral du Canada (PLC) a des règles de sélection des candidats qui s'appliquent aux circonscriptions dites orphelines avant que l'on annonce la tenue d'une assemblée d'investiture. L'association libérale d'une circonscription orpheline doit compter au moins 150 membres et elle doit aussi avoir en banque une somme équivalant à au moins 15% du plafond des dépenses électorales autorisées par Élections Canada, soit environ 16 000 $.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer