Source ID:e1c293a2-94f5-4569-a5b2-9e170ad9efb3; App Source:alfamedia

Les relations entre Dion et Trudeau étaient glaciales, selon un livre

Le premier ministre Justin Trudeau et l'ancien ministre... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau et l'ancien ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion, en avril 2016.

ARCHIVES PC

(Ottawa) Durant les 14 mois qu'il a passés à la tête de la diplomatie canadienne, l'ancien ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion n'a jamais réussi à obtenir une seule rencontre en tête à tête avec le premier ministre Justin Trudeau afin de discuter des enjeux touchant la politique étrangère du Canada.

Pis encore, l'unique fois où il a été convoqué à une rencontre au bureau du premier ministre, c'était le 6 janvier 2017, pour se faire congédier du cabinet par Justin Trudeau. Et la rencontre entre les deux hommes a été très brève, à peine cinq minutes, soit le temps pour Justin Trudeau d'affirmer qu'il devait apporter des changements à son cabinet pour tenir compte de la nouvelle réalité politique à Washington, alors que Donald Trump s'apprêtait à prendre les commandes du pouvoir, et lui offrir un poste d'ambassadeur en Europe.

Dans un livre qui paraîtra bientôt, intitulé Un selfie avec Justin Trudeau - Regard critique sur la diplomatie du premier ministre, Jocelyn Coulon, ancien conseiller politique de Stéphane Dion alors qu'il était ministre des Affaires étrangères, jette un éclairage inédit sur les relations glaciales qui existaient entre son ancien patron et le premier ministre.

Si l'ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement conservateur John Baird réussissait à rencontrer régulièrement Stephen Harper pour faire le point sur les dossiers chauds sur la scène internationale, et si, en France, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius prenait le petit-déjeuner avec le président François Hollande tous les mardis à 8h30, Stéphane Dion était réduit littéralement «à faire le pied de grue devant le bureau du premier ministre».

«Étrangement, toutes les tentatives pour organiser un rendez-vous échouent. Les raisons officielles sont multiples : conflits d'horaires, calendriers chargés, voyages, mauvaises communications. L'histoire de ce rendez-vous manqué est difficile à décrypter. Une chose demeure : le premier ministre ne manifeste jamais une envie débordante de rencontrer son ministre», lit-on dans le livre.

M. Coulon, qui est actuellement chercheur au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université Montréal (CÉRIUM) et qui est un expert en relations internationales, souligne dans son livre que M. Dion souhaitait d'abord et avant tout rencontrer M. Trudeau afin de s'assurer que les deux hommes étaient au diapason sur des questions aussi cruciales que la politique étrangère du Canada, d'autant plus que le premier ministre avait affirmé, en campagne électorale, qu'un gouvernement libéral s'assurerait que le Canada effectue un retour en force sur la scène internationale.

La seule véritable occasion qui s'est présentée à M. Dion pour s'entretenir avec son premier ministre est survenue le 29 octobre 2016 durant un vol entre Ottawa et Bruxelles, où se rendaient M. Trudeau et une délégation de ministres afin de signer l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.

M. Coulon n'était pas du voyage, mais il raconte que M. Dion a abordé plusieurs sujets, dont le réengagement avec la Russie. «Trudeau est hésitant et rappelle qu'il y a deux tendances au sein du gouvernement sur ce sujet. Selon un témoin de la scène, ce n'est pas une conversation en profondeur, et Trudeau s'irrite de l'insistance de Dion.»

Rumeurs de remaniement

Selon M. Coulon, Stéphane Dion a bien compris qu'il n'était pas dans les bonnes grâces de Justin Trudeau à l'été 2016, après que des rumeurs eurent alimenté les discussions à Ottawa selon lesquelles le premier ministre songeait à faire un remaniement ministériel qui aurait eu pour effet d'envoyer M. Dion à Paris comme ambassadeur.

«À l'évidence, le bureau du premier ministre est à la manoeuvre et passe cette information à quelques journalistes triés sur le volet afin de tester l'opinion. Plus sérieusement, à la fin août, Trudeau retire à Dion la présidence du comité ministériel sur l'environnement pour la confier à la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, une politicienne inoffensive et un poids plume du cabinet. Dion paie là sans doute ses accrochages avec la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, qui, dans le cadre de ce comité, avait déjà proposé une politique semblable à celle des conservateurs», explique M. Coulon.

La fin de la carrière de Stéphane Dion en tant que ministre des Affaires étrangères est finalement survenue quelques mois plus tard, le 6 janvier 2017. Furieux après sa brève rencontre avec Justin Trudeau qui lui a annoncé son congédiement, Stéphane Dion est rentré à Montréal en autocar. Durant le week-end, Jean Chrétien, son mentor, était aussi en colère et est intervenu en vain auprès de Justin Trudeau pour qu'il revienne sur cette décision. Aigri, Stéphane Dion aura mis plusieurs semaines avant d'accepter l'offre du premier ministre d'être nommé ambassadeur du Canada en Allemagne.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer