Source ID:5b99481b-6aff-4b4c-b36f-fa15e9c2304c; App Source:alfamedia
Exclusif

SCRS: des toilettes non genrées dans les bureaux d'Ottawa

Depuis quelques mois, le Service canadien du renseignement... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Depuis quelques mois, le Service canadien du renseignement de sécurité a décidé de mettre à la disposition de ses employés et des visiteurs des toilettes non genrées.

ARCHIVES REUTERS

(Ottawa) Généralement fort discret quant à la nature de ses activités et de ses décisions, ici comme à l'étranger, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) a fait entorse à cette pratique en confirmant avoir effectué certains aménagements dans ses bureaux de la capitale nationale afin d'offrir à ses employés «un milieu de travail diversifié, inclusif et accueillant».

Depuis quelques mois, donc, le SCRS a décidé de mettre à la disposition de ses employés et des visiteurs des toilettes non genrées - devenant ainsi une des premières organisations d'envergure en matière de sécurité au pays à prendre une telle mesure.

«Nous avons récemment désigné des toilettes non genrées dans nos bureaux. Après avoir consulté la Commission canadienne des droits de la personne, nous avons installé des pictogrammes inclusifs, également munis d'inscriptions en braille», a confirmé la chef des affaires publiques du SCRS, Tahera Mufti, dans un courriel envoyé à La Presse.

«Le SCRS s'engage à offrir à ses employés un milieu de travail diversifié, inclusif et accueillant. En outre, l'aménagement de toilettes non genrées témoigne de cet engagement et tient compte des besoins de l'effectif diversifié du SCRS ainsi que des visiteurs. Le SCRS respecte le fait que ses employés aient le droit de choisir les toilettes qui leur conviennent», a ajouté Mme Mufti.

En tout, le SCRS compte quelque 3200 employés en poste au Canada et à l'étranger. La moitié des effectifs sont des femmes.

Pas de plainte

Jointe hier, Mme Mufti a précisé que le SCRS a décidé d'effectuer un tel changement en 2016, mais que les toilettes ont été aménagées il y a quelques mois. Le SCRS a pris cette décision de son propre chef et n'a pas reçu de plainte pour atteinte aux droits de la personne de la part d'un employé avant d'agir. L'organisation n'a pas non plus eu de remontrances de la part de la Commission canadienne des droits de la personne.

«Nous avons décidé de le faire nous-mêmes», affirme Mme Mufti, qui n'a toutefois pas voulu dire combien d'employés issus des communautés lesbienne, gaie, bisexuelle, transgenre, queer et bispirituelle (LGBTQ2) travaillent pour le SCRS.

Depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2015, le gouvernement Trudeau a fait du respect des droits des membres de la communauté LGBTQ2 l'une de ses priorités. Le premier ministre Justin Trudeau, qui participe aux défilés de la fierté gaie dans les différentes villes du pays chaque année, s'est adjoint les services d'un conseiller spécial sur les enjeux LGBTQ2, soit le député libéral de la région d'Edmonton, Randy Boissonnault.

Il a été impossible hier d'obtenir les commentaires de M. Boissonnault sur les mesures prises par le SCRS, le député n'ayant pas donné suite au courriel et au message téléphonique de La Presse.

«Dénaturer notre société»

Interrogé au sujet de ce changement, le député conservateur Alain Rayes a dit être «préoccupé» par les mesures prises depuis que Justin Trudeau est au pouvoir, car cela a pour effet de «dénaturer notre société».

«On le constate sur le terrain. Les gens commencent à trouver que ça commence à être gros, cette façon de voir les choses, de dénaturer notre société. Quand on additionne ça avec l'interdiction de dire "monsieur", "madame", "père" ou "mère" par Services Canada, ou le "peoplekind" au lieu de "mankind" de Justin Trudeau, on sent que c'est une tendance lourde qui est en train de s'installer», a dit M. Rayes à La Presse.

La semaine dernière, le gouvernement Trudeau s'est fait critiquer après que Radio-Canada eut rapporté que Services Canada a imposé une nouvelle directive aux fonctionnaires leur demandant d'éviter les mots «monsieur», «madame», «père» ou «mère» dans leurs échanges avec les citoyens.

Après le tollé, le ministre responsable de Services Canada, Jean-Yves Duclos, a clarifié la situation en disant que les fonctionnaires pourront finalement utiliser les mots «monsieur» et «madame», mais après en avoir convenu avec leurs interlocuteurs.

En novembre dernier, le premier ministre a présenté des excuses formelles aux membres de la communauté LGBTQ2, qui ont longtemps été victimes de discrimination et ont fait l'objet d'une «véritable chasse aux sorcières» pendant des décennies alors qu'ils étaient employés de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), des Forces armées canadiennes ou du gouvernement canadien.

Visiblement ému, M. Trudeau avait notamment soutenu qu'entre les années 1950 et 1990, le gouvernement canadien «a exercé son pouvoir de manière cruelle et injuste», alors que la fonction publique, l'armée et la GRC «espionnaient leurs propres membres» pour détecter tout «comportement homosexuel».

«C'est avec honte, tristesse et un profond regret pour les choses que nous avons faites que je suis ici devant vous et que je dis : nous avons eu tort», avait affirmé M. Trudeau après avoir énuméré une série de gestes préjudiciables posés par le gouvernement pendant des décennies.

Dédommagement financier

En plus de présenter des excuses, le gouvernement Trudeau s'est engagé à offrir un dédommagement financier à ceux et celles qui ont pu être victimes de discrimination. Il a aussi déposé un projet de loi qui permettrait aux Canadiens punis jadis pour des relations homosexuelles consensuelles d'effacer toute trace de ces condamnations de façon «simple» et sans frais.

Rappelons que le gouvernement fédéral était visé par une action collective d'employés fédéraux qui avaient fait l'objet d'enquêtes et qui avaient été sanctionnés, voire congédiés, dans le cadre de la «purge antigaie».

- Avec la collaboration de William Leclerc et La Presse canadienne




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer