Alors que le gouvernement fédéral vient d'annoncer d'importants investissements en recherche, un nouveau centre d'analyse voit le jour à l'UQAM sur la constitution et le fédéralisme.

Publié le 12 mars 2018
LA PRESSE CANADIENNE

Ce centre, dirigé par le professeur de science politique Alain-G. Gagnon, se veut indépendant. Le professeur et le ministre responsable des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, ont affirmé qu'il ne fallait pas y voir un pendant fédéraliste à l'Institut de recherche sur l'autodétermination des peuples et des indépendances nationales (IRAI) du professeur Daniel Turp, soutenu par Pierre Karl Péladeau.

Le Centre d'analyse politique sur la constitution et le fédéralisme (CAP-CF) vise à « mettre fin au silence constitutionnel », a résumé le professeur Gagnon. Et il vise à rayonner non seulement au Canada, mais sur la scène internationale.

Il ne s'intéressera pas qu'aux questions constitutionnelles, mais aussi aux dossiers énergétiques, environnementaux et du fédéralisme fiscal, par exemple.

M. Gagnon souhaite que le CAP-CF prenne le relais de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes.

Le ministre Fournier a confirmé que le CAP-CF reçoit 100 000 $ pour l'année 2018-2019.